Preload image Accueil Preload image Questce Preload image Quisuisje Preload image Archives Preload image Contact
Mystère... Accueil Qu'est-ce? Qui suis-je? Archives La Lucarne à Luneau Me joindre Mes liens chouchous Le Passe-mot Art Marsien Marsi Menu
Retour aux archives
#03- Réalités
#03- RÉALITÉS
Scénariste(s) : Éric CORBEYRAN
Dessinateur(s) : Éric CHABBERT
Éditions : Glénat
Collection : Grafica
Série : Uchronie(s) - New Byzance
Année : 2010     Nb. pages : 54
Style(s) narratif(s) : Récit à suivre (3/10)
Genre(s) : Thriller fantastique, Uchronie
Appréciation : 4.5 / 6
Comme une finale introductive
Écrit le dimanche 26 septembre 2010 par PG Luneau

Ça y est : la firme de Tyrone Brown a débuté le grand nettoyage de la mystérieuse zone interdite en ensevelissant tout ce qui reste des inexplicables ruines qui s’y trouvent. La construction du mégaprojet Utopia pourra enfin débuter! En effet, le professeur Hassan, créateur d’un polymère ultramoderne aux propriétés exceptionnelles, est enfin sur le point de conclure les travaux qu’il avait interrompus lors de son emprisonnement pour «crime contre l’Utopie fondamentaliste», quelques années plus tôt. De fait, le pauvre homme n’a pas vraiment le choix : Tyrone le menace de s’attaquer à ce qui lui tient le plus à cœur : son fils, Zack!

 

Ce dernier continue de collaborer avec les rebelles, qui ont pu, grâce à lui, fuir leur base de la zone interdite avant le début des excavations. Quand il apprendra qui a trahi Emily en prévenant les autorités, lors de la fête, chez Tyrone (lors du tome précédent), il se mettra dans une colère noire. C’est que sa belle rouquine y a été capturée! Depuis, après un douloureux programme de redressement mental, du type de ceux que Zack lui-même administrait avant de s’accoquiner avec les rebelles, sa douce est retournée, docile, chez son despotique époux. Depuis, notre héros a bien peu de chance de la revoir…

 

Heureusement, la mystérieuse Tia veille au grain… mais au grain de qui, au juste??

 

Encore un épisode intéressant que ce troisième et dernier tome d’Uchronie – New Byzance. Des tonnes de révélations, des revirements imprévus, de l’action, du mystère, beaucoup de suspense… et une finale en apothéose, qui nous conduit tout droit vers la suite, la trilogie Uchronie – New Harlem. Non, le récit n’est pas bouclé. Si j’ai longtemps eu l’impression qu’on allait pouvoir lire les trois trilogies qui composent la totalité d’Uchronie dans l’ordre qu’on le désirait, je crois maintenant que le fait de débuter par New Byzance pour ensuite poursuivre avec New Harlem, puis New York serait peut-être plus adéquat… Mais j’en aurai la certitude seulement après avoir lu l’ensemble!!

 

Si le dessin d’Éric Chabbert reste constant, avec ses forces (architecturales) et ses faiblesses (faciales!), monsieur Corbeyran continue de lier ses éléments avec une apparente cohérence qui me réjouit. Il est vrai que le tout devient de plus en plus complexe! À un point tel que, même si certains détails incohérents se sont immiscés dans le lot, ils me sont passés sous le nez sans que je ne les remarque! Dans l’ensemble, tout paraît en place, et la cascade d’actions qui déboulent à la fin du tome est très réjouissante et assez bien songée. La seule ombre au tableau (et je l’avais vu venir dès le tome #2), c’est le rôle du fameux polymère «qui peut se jouer du temps». On ne nous donne pas plus d’explications pseudo-scientifiques que celles données dans le tome précédent, et l’impact de ce matériau sur les bâtiments (qui font des genres de saut dans le temps?!) me semble un peu trop obscur ou, pour le  moins, des plus hermétiques. Il ne nous reste plus qu’à espérer que cet élément, qui m’apparaît être le maillon faible de la structure narrative, n’ait pas de rôle à jouer dans les deux trilogies restantes!

 

 

Plus grandes forces de cette BD :

 

  • les multiples trahisons. De fait, plusieurs des personnages ont un agenda caché, ce qui ajoute bien des péripéties à ce récit déjà touffu. Cette fois encore, donc, un autre personnage qu’on croyait digne de confiance renversera la vapeur et se jouera de nos héros!

 

  • le rôle de plus en plus important que joue Hassan, qui s’avère être le père de Zack, et un des pivots des trois trilogies. S’alliant avec Tia, il tentera de se libérer du joug du puissant Tyrone… mais il restera lucide et créera quelques bons rebondissements.

 

  • les mêmes grandes forces graphiques que dans les deux tomes précédents : les cadrages, les décors, les couleurs… Les nombreuses scènes de nuit sont d’un envoûtant bleu mauve. Les reflets de l’eau du spa, dans le splendide hammam, à la page 20, sont particulièrement réalistes : on y plongerait… Dommage que ce même spa souffre d’une très maladroite erreur de perspective (une des rares, heureusement!)!

 

  • des débuts d’explications. Certaines pièces du puzzle commencent à se mettre en place, même si, ce faisant, elles suscitent de nouvelles questions : pourquoi la noire Tia se met-elle en chasse du professeur et de son fils dans les mondes parallèles? Quels sont ses motivations, ou ses employeurs? Comment peuvent-ils tous alterner d’une réalité à l’autre avec la certitude d’aboutir au bon endroit, à la bonne époque? Est-ce que les autres trilogies répondront à toutes ces légitimes interrogations?...

 

  • les quinze dernières planches. Après des planches de révélations fort intéressantes, l’action déboule : fuites, poursuites, tueries… Les personnages, même les principaux (surtout les principaux!!) tombent ou disparaissent comme des mouches! Certains aboutissent dans un univers parallèle qui augure bon la suite… dans une autre trilogie!!

 

  • une page de crayonnés, en bonus. Elle parait un peu toute nue, seule, à la toute fin de l’album, mais les bâtiments et les costumes qui y sont esquissés sont bien jolis.

 

 

Ce qui m’a le plus agacé :

 

  • la même grande faiblesse que dans les tomes précédents : les traits des visages. De plus, certaines erreurs de proportions et de perspectives se sont glissées dans ce tome : remarquez comme le corps d’Emily semble rabougri, dans la première vignette de la page 30. Et il y a le problème du spa de la page 20, comme je le mentionnais plus haut.

 

  • l’étonnante facilité avec laquelle Tia semble s’extirper de toutes situations. Elle est véritablement pleine de ressources, celle-là, peut-être un peu trop! Comment peut-elle parvenir à ouvrir un bordel clandestin dans un univers où elle vient à peine de débarquer?… Et ce, après avoir «visiter rapidement plusieurs réalités» (p.40)! Tout cela me semble un tantinet trop facile et tiré par les cheveux. Et que penser du fait qu’elle a réussi à retrouver, parmi toutes les réalités parallèles existantes, à toutes les époques, et sur toute la planète, l’homme qu’elle pourchassait depuis quelques années?! Ça fait un peu trop James Bond à mon goût! Mais, bon. Y paraît qu’il y en a qui aime ça!…

 

  • le polymère aux vertus spatio-temporelles inexpliquées (ou si peu!). Un matériau à base de «fusion noire» (?!), qui s’auto-transporte dans le futur ou dans le passé? C’est ça qu’il faut comprendre et auquel il faut croire?? D’où les ruines d’Utopia, qui sont en place avant même la construction de ce complexe!? En soit, l’idée est flyée et originale. Ce que j’ai de la difficulté à admettre, c’est que personne ne sait comment ni quand ces ruines, à quelques kilomètres du centre-ville de la Grosse Pomme, sont apparues!! Qu’y avait-il, sur ces terrains, avant leur apparition? Il devait bien y avoir un quartier, qui s’est retrouvé… écrasé?... téléporté à son tour?... n’ayant plus jamais existé? Et que sont devenus les gens qui y habitaient?... et ceux qui étaient au boulot lorsque les ruines sont apparues? Ils sont rentrés chez eux, le soir venu, pour constater que leur quartier avait été complètement ravagé, mais n’ont rien dit aux autorités, ce qui explique que personne ne sait rien de ces ruines? C’est d’un flou complètement inadmissible! Et l’explication du type : «la science n’a pas encore tous les outils pour comprendre les mystères de la vie» est beaucoup trop facile à mon goût, et des plus décevantes. Dommage! D’autant plus que ce gadget techno-futuriste n’était pas essentiel à l’histoire, sinon pour instaurer le méga punch de la fin du tome #1… mais un punch qui fait finalement patate, pour cause d’incohérence. Bref, l’épilogue que Corbeyran croit nécessaire de rajouter à la fin de ce tome ne m’a pas satisfait le moins du monde! Snif snif!

 


Vos impressions?
Votre nom * :
Votre courriel :
Votre courriel ne sera visible que pour l'administrateur du site.
Votre site :
Attention! Si vous voyez ce champ, n'y inscrivez rien!
Rappel éthique : vous êtes seul responsable du contenu des impressions publiées.
Se souvenir de mes informations personnelles


@ Allie: Elle comporte effectivement beaucoup de points d'intérêt. Je te conseille toutefois de bien commencer par les trois tomes de New Byzance, pour ensuite lire la trilogie New Harlem, et finalement celle intitulée New York. Un ultime épisode, nommé simplement Épilogue, devrait bientôt paraître pour clore le tout! Comme dise les Anglais: «Enjoy!»... puis n'hésite pas à venir déposer tes commentaires dans mes archives, fidèle Lucarnienne que tu es!!!
Rédigé par PG Luneau le lundi 27 septembre 2010 à 16:42


Tiens, ça me semble intéressant cette série! Je vais voir si je peux la trouver.
Rédigé par Allie le lundi 27 septembre 2010 à 12:35




Dernièrement, j'ai lu... Petits Mythos
#04- Poséïdon d'avril
08 décembre 2017

Collège invisible
#01- Cancrus Supremus
16 novembre 2017

Poulet grain-grain
Poulet grain-grain
03 novembre 2017

Bestiaire des fruits
le Bestiaire des fruits
14 octobre 2017

Poids du vide
le Poids du vide
30 septembre 2017

Ma dernière chronique Du neuf dans le 9e? - Goulet et Lamontagne au Salon!
05 décembre 2017

Mes genres favoris Aventure policière Drame familial Fantastique Fantastique médiéval Héros animalier Historique Humour Humour tendre Quotidien Récit psychologique S.F. humoristique Thriller fantastique Vous avez pris la parole! Larbier philippe, sur Des mythes qui s'étoffent... mais dans l'assez convenu...

Larbier philippe, sur Des mythes qui s'étoffent... mais dans l'assez convenu...

anne des ocreries, sur Des mythes qui s'étoffent... mais dans l'assez convenu...

Marsi, sur Du neuf dans le 9e? - Goulet et Lamontagne au Salon!

anne des ocreries, sur Du neuf dans le 9e? - Goulet et Lamontagne au Salon!

Vos articles préférés Chronique
J'ai 5 ans, je suis grand! (air connu de tous les profs de maternelle!)
01 juillet 2014

Bécassine
#03- Bécassine pendant la Grande Guerre
10 août 2009

Chronique
les Pigeons partis, le bédéphile danse!!!
03 septembre 2012

Chronique
Mon automne superhéroïque
14 décembre 2013

Bécassine
#05- Bécassine mobilisée
04 août 2011

Design du site - Marsi
Création du site - Maxime Jobin