Preload image Accueil Preload image Questce Preload image Quisuisje Preload image Archives Preload image Contact
Mystère... Accueil Qu'est-ce? Qui suis-je? Archives La Lucarne à Luneau Me joindre Mes liens chouchous Le Passe-mot Art Marsien Marsi Menu
Retour aux archives
#01 - À l'aube d'une grande aventure
#01 - À L'AUBE D'UNE GRANDE AVENTURE
Scénariste(s) : Eiichiro ODA
Dessinateur(s) : Eiichiro ODA
Éditions : Glénat
Collection : Shônen manga
Série : One piece
Année : 1997     Nb. pages : 208
Style(s) narratif(s) : Récit à suivre (Manga)
Genre(s) : Aventure humoristique de pirates / de cape et d'épée, Fantastique humoristique
Appréciation : 4 / 6
Au croisement de Tom Sawyer et de l'Homme-élastique!!
Écrit le samedi 31 mars 2012 par PG Luneau

Suite à ma très sympathique découverte du shôjo manga (pour filles) Yotsuba, la semaine dernière, je me suis mis à lire un shônen manga (pour garçons) : One piece… question d’être en phase avec mon conseiller, Snoopy, qui a justement traité récemment de cette série! Autant vous le dire tout de suite, ce premier tome m’a apporté bien plus de plaisir que mes antiques expériences-mangas d’il y a une douzaine d’années, expériences que j’ai racontées en détail dans ma dernière chronique.

 

One piece, c’est donc l’histoire de Monkey D. Luffy, un jeune gamin déterminé et intrépide qui, depuis son tout jeune âge, ne rêve que d’une chose : s’arroger le titre de Seigneur des Pirates! Pour ce faire, le brave petit tente d’abord de se faire accepter dans l’équipage du capitaine Shanks le Roux, un pirate assez sympathique (apparemment, c’est possible!!), qui refuse évidemment de risquer la vie d’un si jeune enfant… mais reste disponible pour le défendre bec et ongle… et bras (!?)! En effet, comment rester insensible au tempérament si fougueux de Luffy, à son indéfectible volonté, à son grand courage et à son impressionnante intégrité? Ne craquerions-nous pas, nous aussi?!

 

Une dizaine d’années passent. Luffy est devenu un jeune homme, toujours bien focalisé sur son objectif! Il décide alors de partir à l’aventure en solitaire… dans une chaloupe qu’il ne sait même pas naviguer!!? Sa première étape : se constituer un équipage digne de ce nom! Pour ce faire, il ne se fie qu’à ses principaux atouts : sa personnalité enjouée et engageante, sa détermination à toute épreuve, sa naïveté crasse, la bonne dose de chance qui semble lui coller à la peau… et son élasticité hors du commun!... ???!!! Dekossé!??

 

C’est que, depuis qu’il a ingurgité le fruit d’un caoutchoutier, communément appelé Fruit du démon, Luffy a la curieuse capacité d’étirer tous ses membres et son corps comme on le ferait de gigantesques élastiques!! C’est très pratique pour aller chercher un objet situé très loin, ou se catapulter sur un bateau rendu au large! Son corps peut même absorber «spongieusement» des balles de mitraillette… pour les recracher tout aussi vite, quand sa peau caoutchouteuse reprend sa forme initiale!! Avec un tel pouvoir, inutile de préciser que le sympathique jeune homme, qui rappelle énormément le Tom Sawyer de Mark Twain de par sa gouaille et son chapeau de paille, en surprend plus d’un!

 

Dans ce tome, le recrutement débute lentement mais sûrement, à force de rencontres toutes plus palpitantes les unes que les autres. L’auteur sait doser ses divers éléments : humour, action, suspense… Ses personnages sont très variés, bien typés et intéressants, tant les alliés du héros que ses ennemis. Le fait que j’aie vraiment hâte de lire la suite de cette aventure est un très bon signe et m’encourage à poursuivre mes  explorations en matière de BD asiatiques. Bien sûr, ces shônen mangas visent un public masculin de 10-15 ans, mais quiconque a gardé son cœur d’enfant (et n’est pas trop offensé par la présence de quelques petits passages plus violents – on est quand même chez les pirates!) pourra trouver plaisir à s’enfiler cette série… qui en est rendue (malheureusement pour le portefeuille mais heureusement si on l’apprécie!!) à 61 tomes traduits… plus d’autres tomes qui paraissent encore régulièrement au Japon!! Ouf!!

 

À lire aussi : la critique de Snoopy, où il nous apprend que cette série est un must absolu et qu’elle ne fait que se bonifier encore au fil du temps, en étoffant par exemple la psychologie de ses personnages ou en rajoutant, à l’occasion, des passages plus émouvants et des moments tendres! Manifestement, c’est à suivre…

 

 

Plus grandes forces de cette BD :

 

  • l’entrée en scène des principaux personnages. Dès le départ, chaque fois qu’un nouveau personnage fait sa première intervention, monsieur Oda nous le dessine en pied, de la grandeur de la page, avec un petit encadré narratif pour nous indiquer son nom et sa profession. Ça met de l’emphase sur le personnage et nous permet de savoir d’emblée qu’il aura un rôle important dans l’histoire… même si ce n’est pas toujours évident dans ce tome-ci (je pense notamment à Makino, la tavernière, qui jusqu’à présent fait surtout de la figuration… mais l’avenir nous réserve sûrement des surprises!)!

 

  • la somptuosité des décors, surtout dans les premiers chapitres. Les vues du village, les gros bateaux pirates et la décoration intérieure de la taverne, entre autres, sont vraiment très détaillés et minutieusement dessinés… dans le premier chapitre, du moins. Dommage que, par la suite, ça redevienne plus standard!

 

  • un revirement totalement inattendu! Comme je ne veux pas trop vous en révéler, sachez simplement que le combat naval des p.42 à 48, avec le gigantesque monstre marin (un genre de gros crocodile qui ressemble à s’y méprendre à celui que doit affronter le Peter Pan et le Capitaine Crochet de Disney!), vous réserve une surprise de taille. Moi, elle m’a littéralement soufflé!

 

  • les pages de fin de chapitre, quand l’auteur nous parle comme en aparté, pour nous donner des trucs de dessin ou de petites anecdotes intéressantes. C’est une belle idée! J’ai particulièrement apprécié le passage où il nous raconte comment est né, dans sa tête, le personnage du colonel Morgan le bûcheron, à la p.144.

 

  • la méchanceté des méchants. On ne fait pas dans l’eau de rose, ici! On est en présence de vrais méchants, qui n’hésitent pas à tirer sur des enfants ou à faire couler du vrai sang. On est chez les pirates et, quand bien même certains d’entre eux peuvent faire preuve de bonté et d’altruisme, la plupart sont cruels et impitoyables, comme on les imagine. C’est quand même surprenant, de nos jours, vu l’aseptisation généralisée du monde qu’on aime présenter à nos jeunes.

 

  • le caractère sympathique et implacablement frondeur et positif du héros. Perpétuellement optimiste et fonceur, il a de la gueule, ce Monkey D. Fully!! La filiation littéraire que j’y ai vue avec Tom Sawyer est finalement très juste, tant physiquement que sur le plan du caractère! 

 

 

Ce qui m’a le plus agacé :

 

  • le titre anglais de la série! Encore une fois, les Français n’ont pas été capables d’assumer leur langue! Ils ont préféré essayer de «faire in, cool et international». Évidemment, j’avoue qu’un titre comme Une pièce, ça n’aurait pas fait très percutant. D’ailleurs, quand on y pense, même en anglais, le nom donné à ce trésor mythique est un peu ridicule, à la base! Mais on ne me fera pas croire qu’il était impossible de dénicher, dans la belle langue de Molière, un équivalent qui fasse l’affaire!? Messieurs dames les traducteurs et traductrices, secouez-vous!!

 

  • le choix de l’illustration de couverture. Celle-ci nous présente ce qui se passera APRÈS la toute dernière scène du bouquin! Moi, tout au long de ma lecture, j’avais hâte qu’on en vienne à cette réunion entre Luffy, le «blondinet aux reflets verdâtres» et la jeune fille. J’ai vraiment espéré très longtemps, puisque le gars embarque dans le bateau de Luffy à la page… 187!!! Et il ne restait plus que dix pages pour faire intervenir la fille!!! Ça commence à ressembler à de la publicité trompeuse!! Même chose pour l’illustration de la double page d’ouverture : elle présente Luffy entouré d’une multitude de pirates divers… Eux aussi, j’ai espéré qu’on me les présente pendant toutes les 208 pages du bouquin… Mais, apparemment, il s’agit d’un dessin générique tiré d’un épisode bien subséquent! En effet, rien ne peut nous laisser supposer, à la fin de ce tome, que ces réjouissances soient sur le point de se produire!!

 

  • la petitesse des cases, des phylactères et, par le fait même, des textes! Quel dommage que de si beaux dessins soient confinés à de si petits bouts de papier!! Encore ici, c’est une différence culturelle indéniable : les Japonais aiment faire dans le petit format!! Mon œil critique d’Occidental ne s’y habitue pas encore (et mes yeux non plus : vivement ma loupe!!!)

 

  • une certaine violence, assez assumée. Quand le gros acolyte de Shanks tire une balle dans la tête du brigand des montagnes qui s’apprêtait à attaquer son chef, c’est assez cru et direct, merci! On est loin des baffes à la Astérix, qui jamais n’ont causé une seule goutte de sang! C’est d’ailleurs pourquoi je ne recommanderais peut-être pas la série à tous les jeunes de 10 ans, du moins pas sans préavis.

 

  • plusieurs scènes d’un flou total, principalement les scènes de combat! C’est quand même étrange : l’orgie de traits de mouvement, de sillages et de volutes masque souvent toutes réelles actions!! C’est le cas quand le monstre marin attaque, aux p.44 à 46, ou chaque fois que la grosse Lady Arbyda y va d’un coup de sa massue (aux p.67 et 75). Et que dire du combat des p.156 à 167, contre le colonel Morgan!!? Cette surabondance de lignes de mouvement montre très bien qu’il y a beaucoup d’action… mais mon petit esprit cartésien aimerait beaucoup plus VOIR les dites actions que de simplement les imaginer derrière toutes ces lignes!!

 

  • certains très gros plans trompeurs. Le regard suave de Lady Arbyda, plein de malice, qu’on nous présente aux p.62 et 63 n’a rien à voir avec le vrai visage de cette bonne femme, qu’on voit de plein pied à la page suivante!! Encore ici, c’est une forme de fausse représentation!! ;-)

 

  • encore des mélanges de genres étranges et incongrus! La composition morphologique du colonel de marine est vraiment aberrante : non seulement il a une immense mâchoire de fer, mais tout son avant-bras droit a été remplacé par une énorme hache, implantée dans sa chaire!! C’est d’un sinistre!!!... De même, l’assistant du capitaine Shanks, l’obèse avec des lunettes fumées qui a toujours une cuisse de rôti à la main, est bien trop caricatural par rapport à tous les autres personnages… Je n’aime pas trop ces contrastes abusifs. Heureusement, ces personnages ne tiennent pas des rôles majeurs.

 


Vos impressions?
Votre nom * :
Votre courriel :
Votre courriel ne sera visible que pour l'administrateur du site.
Votre site :
Attention! Si vous voyez ce champ, n'y inscrivez rien!
Rappel éthique : vous êtes seul responsable du contenu des impressions publiées.
Se souvenir de mes informations personnelles


@ Snoopy : Merci de ces précisions! Le Japon n'échappe donc pas, lui non plus, à l'américanisation!!! C'est triste, quand même! Pour ce qui est des dessins, je me suis un peu fait une raison. Plus j'explore le manga jeunesse, plus j'en conclus que les Asiatiques trouvent les humains trop banals pour leurs oeuvres! Ils ne peuvent s'empêcher de leur rajouter une queue de singe, une élasticité chronique, un pelage et des oreilles de brebis (dans One piece tome #2!!), des pieds palmés, un troisième oeil ou que sais-je encore!! C'est ainsi, il faudra bien que je m'y fasse!... ;-)
Rédigé par PG Luneau le dimanche 01 avril 2012 à 20:13


@ Yaneck : Bien franchement... je peux difficilement te contredire sur ce point!! ;-)
Rédigé par PG Luneau le dimanche 01 avril 2012 à 20:06


Bien content que cette lecture t'ait plu.

Je reviens juste sur deux de tes points négatifs :

- Pour une fois, je ne pense pas qu'on puisse reprocher à Glénat le choix du titre. Pourquoi ? Tout simplement parce que dans la version originale (japonaise donc), le titre est le même. Et à chaque fois que le "One Piece" est mentionné par un personnage, il est toujours appelé One Piece.

- Concernant les dessins : je peux comprendre que le design de certains personnages puissent paraitre "aberrante". J'espère juste que tu réussiras à passer outre ce point (personnellement ça ne me gêne pas). Car il y a un certain nombre (non négligeable) de personnages que tu risques de trouver "aberrant" morphologiquement par la suite. La caricature est un des points forts d'Eichiro Oda.

En tout cas, je te souhaite un bon voyage au côté de Luffy. Comme je le disais dans ma chronique : si tu as bien aimé dès ce premier tome, je pense sincèrement que ton voyage n'est pas prêt de se terminer. :)
Rédigé par Snoopy le dimanche 01 avril 2012 à 9:54


Sauf que la seconde guerre mondiale est un peu plus importante pour la compréhension du monde dans lequel nous vivons tous, que Luffy le pirate, mon cher... ;op
Rédigé par Yaneck le dimanche 01 avril 2012 à 8:48


@ Yaneck : Ce sera ta Deuxième Guerre mondiale à toi!! ;-)
Rédigé par PG Luneau le dimanche 01 avril 2012 à 8:37


Bon, ben je resterai isolé dans ma non-adhésion à ce truc ^^
Rédigé par Yaneck le dimanche 01 avril 2012 à 2:56




Dernièrement, j'ai lu... Petits Mythos
#04- Poséïdon d'avril
08 décembre 2017

Collège invisible
#01- Cancrus Supremus
16 novembre 2017

Poulet grain-grain
Poulet grain-grain
03 novembre 2017

Bestiaire des fruits
le Bestiaire des fruits
14 octobre 2017

Poids du vide
le Poids du vide
30 septembre 2017

Ma dernière chronique Du neuf dans le 9e? - Goulet et Lamontagne au Salon!
05 décembre 2017

Mes genres favoris Aventure policière Drame familial Fantastique Fantastique médiéval Héros animalier Historique Humour Humour tendre Quotidien Récit psychologique S.F. humoristique Thriller fantastique Vous avez pris la parole! Larbier philippe, sur Des mythes qui s'étoffent... mais dans l'assez convenu...

Larbier philippe, sur Des mythes qui s'étoffent... mais dans l'assez convenu...

anne des ocreries, sur Des mythes qui s'étoffent... mais dans l'assez convenu...

Marsi, sur Du neuf dans le 9e? - Goulet et Lamontagne au Salon!

anne des ocreries, sur Du neuf dans le 9e? - Goulet et Lamontagne au Salon!

Vos articles préférés Chronique
J'ai 5 ans, je suis grand! (air connu de tous les profs de maternelle!)
01 juillet 2014

Bécassine
#03- Bécassine pendant la Grande Guerre
10 août 2009

Chronique
les Pigeons partis, le bédéphile danse!!!
03 septembre 2012

Chronique
Mon automne superhéroïque
14 décembre 2013

Bécassine
#05- Bécassine mobilisée
04 août 2011

Design du site - Marsi
Création du site - Maxime Jobin