Preload image Accueil Preload image Questce Preload image Quisuisje Preload image Archives Preload image Contact
Mystère... Accueil Qu'est-ce? Qui suis-je? Archives La Lucarne à Luneau Me joindre Mes liens chouchous Le Passe-mot Art Marsien Marsi Menu
Retour aux archives
#01- l'Île des os
#01- L'ÎLE DES OS
Scénariste(s) : Michel RODRIGUE
Dessinateur(s) : Vincenzo CUCCA
Éditions : le Lombard
Collection : X
Série : Maître des ogres
Année : 2010     Nb. pages : 48
Style(s) narratif(s) : Récit à suivre en 3 tomes
Genre(s) : Quotidien, Fantastique médiéval, Heroic fantasy
Appréciation : 4 / 6
le Fantasme de tout joueur de jeux vidéo!
Écrit le samedi 24 octobre 2015 par PG Luneau

Titres lus : #01 - l'Île des os

            #02 - le Réveil des clans (2011, 3,5 / 4)

            #03 - l'Antre des pouvoirs (2012,  3,5 / 4)

 

Karl est un ado britannique qui vit le rêve de tout ado : il voit les personnages de son jeu vidéo préféré prendre vie à ses côtés!! Mieux encore : ces personnages, un gros ogre superpuissant et sa jolie fille, le voient comme un immense et puissant sorcier, et le considèrent comme leur maître!! ;^) Par un hasard ultime, le garçon se retrouve même dans leur univers, DANS le jeu!! En tant que Maître des ogres, Karl devra aider Karnos, le gros ogre en question, à regagner son trône usurpé, sans quoi le jeune homme risque de ne plus pouvoir revenir dans le monde réel! :^0

Rodrigue nous a concocté une intrigue qui se révèle de plus en plus cohérente, au fil des informations qu'il nous livre au compte-gouttes, tout au long des trois tomes qui composent cette aventure. Question de pimenter cette dernière encore plus, l'auteur développe non seulement l'univers d'heroic fantasy du jeu vidéo, là où vivent les ogres (avec complots, putsch, coups bas, séquestrations...), mais aussi le monde réel de Karl! On y rencontre sa pénible belle-mère et son imbuvable fille, toutes deux ravies de la «disparition» de Karl (elles endosseront même des avatars, dans le jeu, et tenteront de l'éliminer de façon définitive!! Deux femmes charmantes, quoi!! ;^). On y voit aussi Luc, le tenancier de la boutique de jeux vidéo où Karl s'approvisionne, et Steve, le jeune policier naïf qui se verra contraint de mener l'enquête... Tous auront un rôle majeur à jouer dans cette histoire, qui n'aura rien de banal.

Une histoire que j'ai bien aimée... mais qui m'a aussi un peu déçu!! :^(  En fait, mon appréciation de cette série est malheureusement teintée par les grandes attentes que je fondais sur elle!! Pas qu'elle ne soit pas bonne, au contraire!! Elle est bien bonne... mais je m'attendais à ce qu'elle soit excellente, d'où ma petite déception.

Déception accentuée par les raideurs qui apparaissent parfois dans le dessin de monsieur Cucca, surtout dans les plans plus éloignés, ce qui donne à l'ensemble une certaine rugosité que les illustrations de couverture ne laissaient aucunement deviner.

Déception aussi renforcit par la finale carrément garrochée dans les 6 dernières planches. Ça sent à plein nez le 4e tome prévu à l'origine puis refusé par l'éditeur, forçant ainsi les auteurs à triturer leur finale pour l'engoncer à la fin du tome 3!! C'est très dommage car les idées présentées en rafale dans ces 6 planches auraient été parfaites pour remplir un 4e tome et clore le tout de façon satisfaisante! :^(

Ceci dit, il y a fort à parier que les jeunes de 10 à 12 ans à qui cette série est destinée n'y trouveront rien à redire, contrairement au vieux grincheux que je suis! ;^) À noter, toutefois : ces jeunes gagneraient à ne pas avoir des parents trop sensibles!! C'est que des ogres affamés, ça peut allègrement vous croquer des bouchées de cadavres comme s'il s'agissait de belles pommes rouges! Cœurs fragiles s'abstenir, donc!! ;^)

 

Plus grandes forces de cette BD :

 

  • l'idée de base, à faire baver tous les préados de la planète!! Voir l'univers de son jeu vidéo préféré prendre vie autour de soi, c'est un topo qui reste assez classique... mais toujours aussi efficace! Et puis, il faut se le dire : qu'est-ce que ce doit être trippant!? ;^)

 

  • le départ en vision suggestive. Karl est en train de jouer à son jeu vidéo, et on est à sa place, dans l'action, avec sa vision périphérique dès la p.4!?!? C'est peut-être un peu trop vite : en tant que lecteur, on peut s'avérer déboussolé le temps de comprendre ce qu'on nous montre et ce qu'on nous raconte (Ce fut mon cas... mais il est vrai que je ne suis pas un grand adepte de ce type de jeu! ;^S) !!! Mais pour ce qui est du concept, c'est tout à fait dans le ton de la série : les gamers apprécieront sans doute!! ! Je remercie simplement le scénariste de ne pas avoir gardé ce choix narratif tout au long de l'album... et l'illustrateur d'avoir pensé à implanter le code visuel consistant à arrondir les cadres de ses vignettes lorsque ce que l'on y voit provient d'un écran!!

 

  • le super look de l'ogre. Avec ses immenses cornes recourbées, ses crocs qui dépassent de ses mâchoires, son costume de pirate et toute la verroterie qui lui pendouille de partout, il détonne d'avec l'imagerie traditionnelle que l'on a des ogres. Mêmes ses mains sont étonnantes, avec leurs trois doigts!! Cool! ;^)

 

  • la vivacité des couleurs, tant sur les couvertures qu'à l'intérieur. Les dénommés Valcic (pour le tome #1) et Guimento (qui s'est tapé les deux autres albums) ont vraiment fait du beau travail!!

 

  • la construction scénaristique, et plus spécifiquement la trame qui se déroule dans le monde réel, avec ses parallèles dans le monde virtuel. Oui, c'est chouette de se retrouver dans l'univers fantastique du jeu, mais j'ai adoré que les auteurs n'aient pas abandonné pour autant l'enquête menée par Nicole, la demi-sœur de Karl, et son copain Steve. Après tout, ils cherchent à comprendre le pourquoi et le comment de la chose, et il s'agit là de questions pour lesquelles on meurt tous d'envie d'avoir des réponses!! Après un départ un peu lent, on nous donne des indices à petites doses, juste assez pour nous intriguer davantage et pour qu'on se fasse lentement un portrait de l'ensemble de la situation. De plus, cette trame permet de présenter un scénario en contre-point grâce au découpage en alternance entre les deux mondes. Le mystère est bon, puis le suspense l'est tout autant, quand Nicole et sa mère décident de plonger dans l'aventure... pour éliminer Karl!!! :^O Le fait qu'on retrouve certaines gens du monde réel (par exemple, le voisin accaparant de la boutique de jeux vidéo) au même endroit dans le monde virtuel ajoute à la cohérence. Mais qui représente donc ce couple, à la fin du tome #3 (p.44), dont l'homme ressemble à Woody Allen?? Leur cave joue un rôle providentiel (un peu trop, d'ailleurs!), ils devraient, eux aussi, avoir leur pendant dans le monde réel, non?? ;^S

 

  • un tout petit clin d'œil, subtil mais sympa. Avez-vous allumé, dans le haut de la p.32, quand Karnos énumère le nom de ses marins pendus?? Il y avait Triple Pattes et Baba, deux pirates bien connus des lecteurs de Barbe-Rouge... et d'Astérix!!

 

  • les impressionnantes doubles planches de combat qu'on retrouve dans chacun des trois tomes! Cucca s'est apparemment donné le mandat d'insérer une immense illustration dans chacun de ses albums (les p.40-41 du tome #1 & 3, les p.38-39 pour le tome #2). Dans tous les cas, c'est épique!! Des centaines de combattants, dessinés vus du ciel, en plongée, avec en premier plan des éléments toujours flamboyants. Non, vraiment (malgré quelques couacs au plan de la perspective, voir plus bas!), ces pages en jettent!! ;^)

 

  • le punch final du premier tome. La dernière case de la p.47 et les deux premières de la page suivante m'ont vraiment laissé estomaqué! Elles nous révèlent, tout en douce, l'identité réelle de la Némésis de Karl, Karnos et Phaline! Je ne l'avais pas vu venir une seconde!!

 

  • certains petits passages humoristiques. L'interminable énumération des ogres, au tout début du tome #2, est très amusante, surtout que leurs noms sont souvent cocasses (comme cet ogre de Barbarie!! ;^).

 

  • de beaux personnages. J'ai particulièrement été charmé par Katrain, l'ogre tranquille et naïf, tout doux, à qui on donnera le trône par intérim... Dommage qu'il ne fasse pas long feu... J'ai aussi apprécié tout l'équipage de pirates (avec Laru, Brasé et cie).,, Avez-vous remarqué combien ces derniers sont tous physiquement très beaux??!! ;^)

 

  • la richesse globale de la trame narrative. Ça devient impressionnant, à un certain moment, de réaliser le grand nombre de factions différentes qui agissent les unes par rapport aux autres, et ce, tant dans le monde fantastique (la sorcière, les divers clans ogres, les nains, les elfes, Karl et ses comparses, le mystérieux «traitre» infiltré chez Kamate...) que dans la réalité (la belle-mère, l'enquête de la belle-sœur et de son bellâtre, Luc, le fana de jeux vidéo, etc....). C'est vraiment richement touffu pour un récit jeunesse!! ;^)

 

  • l'idée du bogue dans le jeu, aux p.16 à 20 du 3e tome. Cette idée de reprises est superbement orchestrée : la scène est juste assez répétitive pour qu'on saisisse l'idée, mais toujours avec juste ce qu'il faut de différences dans le texte et l'enchaînement des vignettes pour nous faire judicieusement comprendre qu'il s'agit d'un bogue... Bon, je dois avouer bien humblement que je n'ai pas trop saisi la raison de ce bogue (pourquoi le «jeu» laisse-t-il ces «chances» à Karl??), mais j'avoue qu'il peut y avoir ici certaines subtilités qui m'aient échappé! :^S

 

  • les explications données quant aux origines de la belle Phaline. Tout au long du récit, j'avais de la difficulté à comprendre comment un monstrueux ogre cornu à trois doigts pouvait avoir une fille si jolie... et normalement constituée! J'ai bien aimé que les auteurs nous expliquent tout ça... même si c'est plus de 100 pages après le début du récit!! Il en va de même, dix pages plus loin, quand Melvin expose tout le pot au rose à Karl. Enfin, on comprend le fin fond de l'affaire! C'est rassurant de savoir que le scénariste savait où il nous emmenait!! ;^)

 

  • l'intéressante mise en page de la p.30. La vignette centrale, sans cadre ni décor, comme apposée sur les autres, donne un très intéressant coup d'œil. Les illustrateurs pourraient exploiter cette disposition plus souvent! ;^)

 

  • les pages de garde. C'est ainsi que j'ai eu confirmation que la série était terminée!

 

Ce qui m'a le plus agacé :

 

  • le dessin de monsieur Cucca. Comme je le disais plus haut, je n'ai pas apprécié les dessins autant que je l'aurais souhaité... Pour la bonne raison que les illustrations de ses couvertures annonçaient des dessins un tantinet plus léchés que ceux présentés dans les albums. Le problème se pose surtout dans les vignettes où l'illustrateur choisit de nous montrer des plans plus éloignés. Dans ces cas-là, l'encrage me semble un peu en-deçà de ce qu'il nous livre dans ses autres types de plans.

 

  • le caractère assez dégoûtant des «fringales» de Karnos. En tant qu'ogre, il a faim et, à quelques reprises, son alimentation est constituée de... chair humaine!! Les plus délicats d'entre vous n'apprécierez sûrement pas que vos très chères têtes blondes entraperçoivent les deux ou trois cadavres grugés par le roi ogre ou un de ses acolytes  (ex. tome #1, p.16 et 24) !! Le tout est toujours montré de façon un peu détournée, mais la violence inhérente reste un peu délicate. Pas avant 10 ou 11 ans, donc...

 

  • de petites erreurs techniques. Pour respecter la logique des propos, les deux phylactères les plus à gauche de la 5e vignette de la p.36 devraient voir leurs appendices inversés. De même, à l'avant-dernière planche de la fin (dernière vignette), les deux femmes ne sont pas assises du bon côté! Si cette inversion est due à l'explosion, on aurait dû en avoir un aperçu dans la vignette précédente!!

 

  • les faciès des nains. Ils sont super mignons, sympathiques et amusants... mais tellement caricaturaux qu'ils détonnent de tous les autres personnages, qui sont beaucoup plus semi-réalistes!! :^S Je trouve qu'ils brisent un peu l'unité graphique...

 

  • les titres spécifiques de chacun des tomes. J'ai rarement vu des albums avec des titres aussi peu représentatifs du récit qu'ils racontent! C'est à peine si on peut rattacher de loin ces noms de lieux ou de concepts avec ce qui se passe dans le tome! Je trouve ça surprenant, surtout en BD jeunesse!

 

  • quelques éléments graphiques que j'ai moins aimés. Les attitudes des servantes, dans le haut de la p.17 (premier tome) sont très figées : elles ne «sonnent» pas juste. Le château de la magicienne, dans le haut de la p.10 du tome #2, ne me semble pas crédible de tout : le pilier rocheux sur lequel il est construit est beaucoup trop riquiqui!! De même, tout ce qui a trait au graphisme de cette sorcière me semble insatisfaisant! J'ai l'impression qu'il y a quelque chose de moins abouti dans ses traits... tout comme pour les traits de l'elfe qu'elle convoque, à la p.12. J'arrive difficilement à mettre le doigt sur ce qui génère cette insatisfaction, mais j'ai ressenti une petite déception visuelle à chaque fois que cette magicienne apparaissait dans la BD! Autres exemples : les escaliers et les lits de la p.37 (3e tome) semblent beaucoup trop à l'équerre. Ils manquent cruellement de réalisme! :^(

 

  • des petits détails scénaristiques inexpliqués ou malhabiles. Par exemple, dans le premier tome, on comprend mal si Nicole est tombée dans les pommes, aux p.18-19, ou si c'est Karnos qui l'a trop secouée. Dans le tome #2, quand Karl revient à la réalité parce qu'il est empoisonné... on ne nous explique pas comment Phaline et le nain parviennent à le suivre jusque dans sa demeure!? Quelques pages plus loin, lors de l'attaque des navires suspendus, je comprends difficilement le chemin emprunté par nos amis pour attaquer les hommes du roi. À quel moment grimpent-ils, à quel moment descendent-ils? Et comment peuvent-ils réussir à  atteindre leur cible avec des archers qui leur tirent dessus de si près? Tout ce combat me semble un peu trop facile!! D'ailleurs, remarquez au passage que la très belle double planche qui nous montre le paroxysme de cette bataille a un petit quelque chose de bancal sur le plan de la perspective!! :^S Et je ne vous parle pas de l'impossible saut de Karl, à la p.11 du tome #3, alors qu'il attrape un filin salvateur avec une habileté ridiculement déconcertante!! Du grandguignolesque qui mine terriblement la crédibilité du récit, à mon avis! :^(

 

  • la finale du tome #2. Elle est vraiment très décevante! Quel déplorable deus ex machina!! Comme si les ogres-cyclopes ne connaissaient pas ce qui est poison pour eux!! Ça ressemble vraiment trop aux finales des compos scolaires de certains de mes élèves... qui n'ont que 9 ans!! :^P

 

  • la finale du tome #3. Comme je le disais plus haut, tout est beaucoup trop précipité, à partir de la p.43. Résoudre un événement comme l'enlèvement de Karnos en 6 planches, c'est déjà ridicule en soi... Alors, qu'on ait droit à la finale de toute l'aventure, en bouclant toutes les trames parallèles, c'est totalement grotesque!! Par contre, si c'était, comme je le pense, à cause d'une bête décision éditoriale, on doit quand même remercier les auteurs d'avoir opté pour une telle solution, plutôt que de laisser la série inachevée!... Mais ils auraient manifestement mieux valu ne pas s'entêter à vouloir intégrer la scène du kidnapping de l'ogre, dans le bas de la p.42, et mieux profiter des six dernières planches pour étoffer un peu plus les diverses autres composantes de la conclusion (comme l'amnésie un peu trop salutaire des filles, qui s'expose et se clôt en trois cases dans la dernière planche!!?). Ça aurait été plus satisfaisant!

 


Vos impressions?
Votre nom * :
Votre courriel :
Votre courriel ne sera visible que pour l'administrateur du site.
Votre site :
Attention! Si vous voyez ce champ, n'y inscrivez rien!
Rappel éthique : vous êtes seul responsable du contenu des impressions publiées.
Se souvenir de mes informations personnelles


@ Anne des Ocreries : Judicieuses idées, tout à fait justifiées!!
Rédigé par pgluneau le samedi 24 octobre 2015 à 16:21


Bon, j'y mettrais pas les sous, mais si j'avais l'opportunité de le croiser, je ne rechignerais pas à le lire.
Rédigé par anne des ocreries le samedi 24 octobre 2015 à 15:50




Dernièrement, j'ai lu... Tueurs de mamans
#01- Tueurs de mamans
23 avril 2017

Pipelettes
#02- ...On se calme!
14 avril 2017

Princesse Sara
#01- Pour une mine de diamants
09 avril 2017

Testament du capitaine Crown
#01- Cinq enfants de putain
02 avril 2017

Boule à zéro
#01- Petit coeur chômeur
26 mars 2017

Ma dernière chronique Petites nouvelles du temps des Fêtes!
27 décembre 2016

Mes genres favoris Aventure policière Drame familial Fantastique Fantastique médiéval Héros animalier Historique Humour Humour tendre Quotidien Récit psychologique S.F. humoristique Thriller fantastique Vous avez pris la parole! Eric the Tiger, sur Une vengeance au goût amer...

anne des ocreries, sur Une vengeance au goût amer...

anne des ocreries, sur Dure, dure, la vie de jeune adolescente?? Pas que!!...

anne des ocreries, sur Candy chez Oliver Twist!

anne des ocreries, sur Rapaces, violents et roublards au cube... des vrais pirates, comme on les aime!

Vos articles préférés Chronique
J'ai 5 ans, je suis grand! (air connu de tous les profs de maternelle!)
01 juillet 2014

Bécassine
#03- Bécassine pendant la Grande Guerre
10 août 2009

Chronique
les Pigeons partis, le bédéphile danse!!!
03 septembre 2012

Chronique
Mon automne superhéroïque
14 décembre 2013

Bécassine
#05- Bécassine mobilisée
04 août 2011

Design du site - Marsi
Création du site - Maxime Jobin