Preload image Accueil Preload image Questce Preload image Quisuisje Preload image Archives Preload image Contact
Mystère... Accueil Qu'est-ce? Qui suis-je? Archives La Lucarne à Luneau Me joindre Mes liens chouchous Le Passe-mot Art Marsien Marsi Menu
Retour aux archives
#06- la Fugue du Scrameustache
#06- LA FUGUE DU SCRAMEUSTACHE
Scénariste(s) : Roland Goossens dit GOS
Dessinateur(s) : Roland Goossens dit GOS
Éditions : Dupuis
Collection : X
Série : Khéna et le Scrameustache
Année : 1977     Nb. pages : 46
Style(s) narratif(s) : Récit à suivre (1/2)
Genre(s) : Héros animalier, S.F. humoristique
Appréciation : 4 / 6
Quand les Extraterrestres sortent de l'ombre
Écrit le lundi 04 juillet 2011 par PG Luneau

Les festivités de Noël battent leur plein à Chambon-les-Roses, et tous les enfants s’amusent dans la neige et glissent en luge le long des rues pentues du village. Mais dans cette atmosphère de fête, quelqu’un s’ennuie… Il s’agit de nul autre que le Scrameustache, qui commence à en avoir drôlement marre de toujours devoir rester cloîtré chez l’Oncle Georges, de peur de semer la pagaille si quelqu’un l’aperçoit!

 

Après une expédition aux conséquences désastreuses, notre petit extraterrestre se voit puni : il devra rester à la maison lors de la Messe de Minuit! Cette fois, c’en est trop pour lui! Il veut tant voir la crèche grandeur nature qui s’y trouve qu’il décide de passer outre l’interdiction de sortie et de se rendre quand même à l’église… où sa présence ne passera pas inaperçue!!

 

Cette escapade permettra néanmoins au Scrameustache de faire copain-copine avec la charmante petite Noëlle, dont le père est fabriquant de jouets. C’est chez ces gens qu’il passera les jours suivants. Et tandis que Khéna et l’Oncle Georges s’inquiètent de plus en plus de son absence prolongée, notre héros de l’espace fomentera un ingénieux plan, en compagnie du dit fabriquant, pour enfin pouvoir se balader au village sans se faire remarquer… Faut-il vous préciser que ce plan aura quelques ratés? Et heureusement pour nous, car c’est grâce à celles-ci si les personnages les plus chouettes de la série devront (enfin!) faire leur entrée en scène officielle, et j’ai nommés : les Galaxiens!

 

Quelle mignonne petite histoire que celle-ci! Je ne sais si c’est dû à l’arrivée des amusants Galaxiens, au charme champêtre qui se dégage du village ou bien au fait que Gos a finalement peaufiné ses talents de scénariste, mais la magie opère enfin! On se retrouve donc en présence d’un scénario solide, en deux temps. La première partie, qui traite du besoin qu’a le Scrameustache  de pouvoir circuler librement, m’apparaît tout à fait crédible, et elle donne de la profondeur au personnage. La deuxième, le «sauvetage» de la situation par les Galaxiens, nous permet enfin d’apprécier le ton moqueur et la joie de vivre de ce petit peuple si sympathique.

 

Une des choses qui m’a marqué, en lisant ce récit, ce sont les très nombreux liens qu’on peut tisser entre cette histoire-ci et une plus ancienne, de Franquin, intitulée : Noël et l’Elaoin, récit dont on fait mention dans l’excellente monographie Franquin, chronologie d’une œuvre. Dans ce récit, que le grand André a élaboré spécifiquement pour un numéro de Spirou - spécial Noël, en 1957, on retrouve aussi un attachant petit enfant (1er point commun), qui s’appelle Noël (bon, ici, c’est Noëlle, mais on s’entend que c’est bonnet blanc, blanc bonnet!! 2e point commun). Les deux récits se déroulent dans un charmant petit village (3e point commun – Champignac-en-Cambrousse chez Franquin, Chambon-les-Roses chez Gos), les jours entourant Noël (4e point commun)!! Dans les deux cas, l’enfant fera une rencontre aux allures surnaturelles (5e point commun : un robot sauteur qui ressemble à une caméra télé, mais qui a une existence autonome dans le cas du gamin, le Scrameustache pour la gamine). Quand on sait que les deux histoires ont été publiées dans le même magazine à exactement 20 ans d’intervalle, c’est quand même étrange!!

 

Chose certaine, on se trouve ici en présence d’un produit abouti, professionnel, et qui me permet (enfin!) de comprendre pourquoi la série Khéna et le Scrameustache a connu la popularité et la longévité qui sont siennes. Cette histoire me réconcilie aussi avec mon défi de lire toute la série, défi qui s’enlignait pour être difficile à la lecture des premiers tomes (voir ces critiques ici, ici, ici et ici). Cette fois-ci, comme pour le tome précédent, l’album mérite franchement son 4 / 5 !

 

 

Plus grandes forces de cette BD :

 

  • le changement de saison. En effet, le «beau manteau blanc de l’hiver» vient complètement changer les décors ! C’est sympathique de voir tout l’univers créé par Gos au fil de ses cinq premiers tomes sous ce nouvel angle, avec les répercussions que tout cela entraînera (traces dans la neige, désir d’aller glisser…)! Ça fait agréablement différent!

 

  • la beauté des décors. L’église, la place centrale du village avec son incontournable statue, la vue extérieure de «l’atelier du père-Noëlle», tout ça est très mignon, très pittoresque. Gos excelle vraiment à illustrer son petit village en plans généraux.

 

  • le malaise que vit le Scrameustache, qui doit effectivement trouver difficile de toujours se cacher et de vivre reclus. Ce petit récit de rien du tout aborde (un peu superficiellement, c’est vrai, et avec humour, mais quand même!) un aspect psychologique intéressant qui est souvent occulté dans ce genre de série. Un héros qui s’ennuie, qui déprime ou qui transgresse les règles, avouez que c’est assez rare dans les séries jeunesse!

 

  • des personnages très attachants. D’abord, la gentille petite Noëlle Pascal (remarquez au passage le nom festif qu’elle porte!!), toute mignonne et pleine de charme, et son père, Antoine, fabricant de jouets («Le père-Noëlle, dans son atelier, fabriquait des poupées»!!). Puis les Galaxiens, réellement trognons tout plein, et d’un caractère gouailleur impayable. J’ai vraiment très hâte au prochain tome, pour mieux les connaître! Finalement, j’offrirais une petite mention spéciale aux quatre grenouilles de bénitier : leurs commentaires, à la page 11, sur les effets néfastes de la télévision et de la BD sur l’imaginaire des jeunes sont vraiment très drôles.

 

  • l’ingéniosité du plan du Scrameustache. Je trouve brillante son idée de se faire passer pour un jouet, puis de se fondre dans la foule de jouets vendus. Théoriquement, ça aurait pu bien fonctionner.

 

  • un scénario plus ancré dans le réel. On sent la vie de village, on fait la connaissance avec le curé et ses ouailles, on se rend à l’hôpital et les journalistes de la télé et des journaux envahissent l’endroit à la recherche d’un scoop intéressant… Bref, on se croirait vraiment sur Terre, en 1977, dans un milieu de vie occidental bien plus crédible que celui des aventures précédentes, qui se passaient toujours un peu isolées du vrai monde.

 

  • l’amusante auto-promo! Dans la vitrine de la boutique où l’on vend les poupées Scrameustache, on retrouve aussi le tome #1 des aventures de Khéna et le Scrameustache, celui-là même que j’ai critiqué ici! Joyeuse trouvaille!

 

  • un sympathique clin d’œil. Plus loin, à la page 43, Gos dessine un figurant dont la tronche ne nous est pas inconnue : c’est le Pauvre Lampil, de Lambil et Cauvin! Cet antihéros notoire, qui sévissait régulièrement dans les pages du magazine Spirou d’alors, se retrouve ici bien mal en point à attendre des soins hospitaliers! Caméo des plus pertinents, tout à fait dans le ton du personnage!

 

 

Ce qui m’a le plus agacé :

 

  • le peu de cas que fait la mère de Noëlle lorsqu’elle voit le Scrameustache, la toute première fois. À la page 12, cette femme suit sa fille qui sort de l’église, tombe face à face avec un genre de chimpanzé à tête de chat coiffé d’un casque de mineur et vêtu d’un habit de neige une pièce… et sa réaction première, c’est de lui offrir le gite?!?! C’est peut-être Noël, mais il y a des limites au concept de bonté et de partage!! Avouez que là, le scénario aurait pu être un peu plus réaliste : stupeur, incrédulité, crainte, incompréhension, panique…

 

  • le fait qu’on nous présente les Galaxiens comme si on devait déjà les connaître!! En effet, à la page 29, l’Oncle Georges contacte Yamouth, sur le Continent des Deux Lunes,  pour qu’il l’aide à régler la situation qui dégénère dangereusement. Celui-ci lui explique qu’il est dans l’impossibilité de se rendre rapidement sur Terre, mais qu’il lui enverra des Galaxiens. Et voilà! Rien de plus! À Georges de comprendre qui sont ces créatures, ce qu’ils font, leurs rôles et fonctions dans l’univers du Scrameustache!! Même pas besoin de lui expliquer à quoi ils ressemblent ou quel genre d’aide ils pourront lui procurer! Je trouve ça un peu raide, tant pour l’Oncle Georges que pour nous, lecteurs!

 

 


Vos impressions?
Votre nom * :
Votre courriel :
Votre courriel ne sera visible que pour l'administrateur du site.
Votre site :
Attention! Si vous voyez ce champ, n'y inscrivez rien!
Rappel éthique : vous êtes seul responsable du contenu des impressions publiées.
Se souvenir de mes informations personnelles




Dernièrement, j'ai lu... Bestiaire des fruits
le Bestiaire des fruits
14 octobre 2017

Poids du vide
le Poids du vide
30 septembre 2017

Petite Patrie
la Petite Patrie
23 septembre 2017

Facteur de l'espace
#01- le Facteur de l'espace
17 septembre 2017

Comment je ne suis pas devenu moine
Comment je ne suis pas devenu moine
09 septembre 2017

Ma dernière chronique Du neuf dans le 9e? - Mes premières rencontres de mon premier Prévost!!!
12 octobre 2017

Mes genres favoris Aventure policière Drame familial Fantastique Fantastique médiéval Héros animalier Historique Humour Humour tendre Quotidien Récit psychologique S.F. humoristique Thriller fantastique Vous avez pris la parole! anne des ocreries, sur Explorations gustatives par personne interposée!!

anne des ocreries, sur Du neuf dans le 9e? - Mes premières rencontres de mon premier Prévost!!!

Danielle, sur Du neuf dans le 9e? - Mon premier Prévost!!!

jean Milette, sur Du neuf dans le 9e? - Mon premier Prévost!!!

anne des ocreries, sur Du neuf dans le 9e? - Mon premier Prévost!!!

Vos articles préférés Chronique
J'ai 5 ans, je suis grand! (air connu de tous les profs de maternelle!)
01 juillet 2014

Bécassine
#03- Bécassine pendant la Grande Guerre
10 août 2009

Chronique
les Pigeons partis, le bédéphile danse!!!
03 septembre 2012

Chronique
Mon automne superhéroïque
14 décembre 2013

Bécassine
#05- Bécassine mobilisée
04 août 2011

Design du site - Marsi
Création du site - Maxime Jobin