Preload image Accueil Preload image Questce Preload image Quisuisje Preload image Archives Preload image Contact
Mystère... Accueil Qu'est-ce? Qui suis-je? Archives La Lucarne à Luneau Me joindre Mes liens chouchous Le Passe-mot Art Marsien Marsi Menu
Retour aux archives
#03- Fafner
#03- FAFNER
Scénariste(s) : Nicolas JARRY
Dessinateur(s) : Jean-François Bergeron dit DJIEF
Éditions : Soleil
Collection : Soleil Celtic
Série : Crépuscule des dieux
Année : 2008     Nb. pages : 48
Style(s) narratif(s) : Récit à suivre (3/9)
Genre(s) : Fantastique mythique
Appréciation : 4.5 / 6
De l'éducation d'un héros, petit-fils d'Odin
Écrit le dimanche 05 août 2012 par PG Luneau

Loge, dieu à la cape en perpétuelle combustion, champion toute catégorie de la magouille et de la filouterie, a merveilleusement bien orchestré son plan. D’abord, on se rappellera qu’il a modelé, dès la fin du tome #1, une espèce de petit korrigan à l’aide de glaise et des restes de l’épée sacrée de Wotan, arme indispensable pour remettre la main sur le fameux anneau de Nibelung.

 

Puis, il a pris l’apparence «d’Albéric revenu des enfers» (dans le tome #2) pour manipuler Mime, frère de ce dernier, et le forcer à endosser une cruelle mission : mettre au monde et élever le fils de Sieglinde, seul être capable de reforger et de manipuler la dite épée divine.

 

Maintenant, il ne lui reste plus qu’à s’allier à Idunn, déesse de l’amour charnel (tant qu’à choisir!!), pour unir l’âme du jeune homme à celle de la belle Brunhilde, toujours bannie pour avoir permis, une vingtaine d’années plus tôt, la fuite de Sieglinde, alors que celle-ci était enceinte!

 

Une fois l’épée, l’enfant (devenu grand jeune homme valeureux!) et la belle Walkyrie réunis, l’anneau ne devrait plus être loin : Fafner, le dragon mythique, possesseur du précieux bijou, devrait se tenir sur ses gardes!

 

Et tout ça pendant que l’Asgard continue d’être assiégé par les forces maléfiques du monde sous-terrain!! Les assauts contre le Walhalla, le palais des dieux, sont de plus en plus nombreux et difficiles à refouler! Fricka mène la défense, en compagnie de ses fils, Tyr et Donner… mais de Wotan, le père des dieux, pas de nouvelles!! Il manque à l’appel! C’est que, complètement anéanti par ses fautes passées, par la malédiction de l’anneau et par sa connaissance du destin funeste qui se prépare, ce Wotan (dieu germanique qu’on connaît mieux sous son nom scandinave d’Odin!) erre de par le monde sur Mannheim, la terre des Hommes, à la recherche d’une certaine forme de rédemption… mais peut-être aussi pour retrouver son petit-fils illégitime, celui qui pourra, peut-être, changer la donne…

 

Ce troisième tome de la saga nordique du Crépuscule des dieux est donc essentiellement axé sur l’éducation du jeune Siegfried. On commence par nous montrer à quel point le fait qu’il soit élevé par Mime, un paria redouté des hommes, place le jeune garçon dans une situation de rejet : les autres jeunes de son âge le maltraitent et le fuient sans vergogne. Peut-on blâmer un gamin ainsi maltraité s’il développe une rancœur à l’égard de sa propre race? Puis, on le voit grandir, s’entraîner au combat en compagnie de Mime, son protecteur… Mais qu’adviendrait-il si le jeune homme venait à apprendre que son tuteur le manipule depuis son plus jeune âge? Et qu’il est responsable de la mort de sa mère??

 

Une intrigue touffue, mais que les auteurs continuent autant que possible de montrer sous un angle très humain. La présence des villageois nous fait encore une fois réaliser à quel point les mythes scandinaves et germaniques étaient près des gens, bien ancrés dans la société : les dieux et demi-dieux côtoyaient la population, vous auriez eu une chance de les rencontrer si vous aviez vécu à cette époque! C’est tout dire!!

 

Un récit tout en continuité, dans la même lignée que les premiers tomes, toujours aussi envoûtant, étonnant et visuellement superbe. À lire, pour s’approprier ces mythes grandioses, pour retrouver l’essence de toutes les littératures occidentales modernes, pour vivre la tragique destinée des dieux et des hommes… 

 

 

Plus grandes forces de cette BD :

 

  • le duel Donner vs le gigantissime skollberg! S’il est un duel totalement inimaginable, c’est bien celui-là!! Donner, malgré son essence divine et son puissant marteau (c’est le Thor des Germains), reste un être de taille humaine! Même s’il est particulièrement bien baraqué, il n’en reste pas moins qu’il fait face à un adversaire de la taille… d’un édifice de vingt étages!!!! Et large comme quatre autobus… mis bout à bout dans le sens de leur longueur!! C’est vous dire la puissance du coup de marteau divin qu’il a fallu pour terrasser ce mastodonte pantagruélique!! Colossal me semble ici un adjectif risiblement en deçà de la performance du dieu marteleur! ;-)

 

  • les scènes chez les Humains. Elles sont beaucoup moins nombreuses, dans ce tome, mais je les apprécie particulièrement. Les rares mais rudes échanges entre Siegfried et les villageois permettent de bien comprendre la dynamique qui a servi de cadre au développement de ce personnage central. De plus, ces scènes nous amènent un peu de verdure, ressource particulièrement rare dans cet univers nordique, et d’un vert que j’apprécie tant!

 

  • le personnage de Siegfried. J’aime sa personnalité trouble, sa relation ambigüe avec les Hommes (et la belle Léti, plus particulièrement), son éducation sous le signe du mensonge. La p.25, superbe, nous montre de manière artistiquement très intéressante les enseignements de Mime. Finalement, sa rencontre avec Brunhilde, et les révélations qu’elle lui fait sont au centre de tout ce mythe, comme le déclic qui engendre une avalanche impossible à retenir… Dans l’esprit du jeune homme, c’est le retour du balancier : les mensonges de Mime, son tuteur, trouvent maintenant des contreparties qui lui laissent à réfléchir…

 

  • le dessin de Djief et les couleurs, qu’il a laissées, cette fois-ci, à Héban. Encore une fois, on est en présence d’un album sublime, où chaque planche comporte des petits chefs d’œuvre de perfection! On en redemande… et ça tombe bien, il en reste encore trois tomes! ;-) (et même plus : un second cycle est en gestation!).

 

  • Loge!! Encore et toujours lui, son amusante suffisance, sa nonchalance crasse et ses magouilles savamment calculées! J’adore sa délicate impudence à l’égard de Donner, à la p.18, et sa douce façon de flirter avec la belle Idunn… toujours afin d’arriver à ses fins! Avec sa malice raffinée, c’est mon vilain préféré!

 

  • le personnage de Tyr. Il semble plein de potentiel… Étrange qu’on n’en ait jamais entendu parler avant! Il arrive comme un cheveu sur la soupe au tome #3, alors que Wotan nous précise qu’il est «le plus estimé et le plus aimé» de ses fils! Espérons qu’on le retrouvera dans les futurs tomes!

 

  • les confrontations finales, entre Siegfried et Mime. Des confrontations poignantes sur le thème de l’honneur et de la vérité… mais peut-on jamais avoir accès à celle-ci?!?

 

  • un nouveau lien avec la mythologie grecque! Siegfried découvre que le sang de dragon lui protège le corps, et il décide de s’y baigner… mais une feuille se collera à son dos et cette zone ne sera pas protégée! C’est l’exacte similitude avec le talon d’Achille, qui n’avait pas été trempé dans l’eau du Styx, d’où… son talon d’Achille!

 

 

Ce qui m’a le plus agacé :

 

  • l’attitude de Wotan, tout au long de cet album. Je comprends que sa profonde déprime est légitime, et nécessaire au récit, mais j’ai si peu d’intérêt (ni même d’empathie, même si c’est peu dans l’air du temps de l’avouer!) pour les gens qui se laissent aller à la dépression! Leur passivité et leur façon de voir la vie tout en noir m’enrage et ne me rentre pas dans la tête. Allez, Wotan, active-toi, bon dieu (au sens propre!!) : tu es le Père des dieux, après tout! Wake up!!

 

  • le long rêve de Siegfried, pour accéder à Brunhilde, la première fois (aux p.21 à 23). Tout ce trajet à travers des tonnes de morts-vivants squelettiques m’a semblé bien long, et d’un ennui… Je suis si peu fan d’horreur, et les histoires de cimetière me déplaisent tellement!

 

  • l’absence des villageois du tome #2. J’aurais aimé retrouver Hejar, Embla, Kiez et Anoann, ces jeunes auxquels je m’étais attachés dans le tome précédent. Il aurait été intéressant de les recroiser, même une fois adulte! Pourtant, rien ne nous indique que les quelques villageois qu’on rencontre dans ce tome-ci (Balki, Léti, Agda…) aient une quelconque affiliation avec ceux-là.

 

  • le combat contre le dragon Fafner. Certaines vignettes sont très intéressantes, principalement celles qui nous font prendre de la distance, comme celle du bas de la p.44, qui nous montre le combat vu de très loin, ou celle en bas de la p.45, avec Wotan qui observe. Par contre, le déroulement général du combat est un peu difficile à suivre, surtout au début. On n’arrive pas toujours à bien comprendre les distances, les angles d’attaque, les effets des coups portés… ni s’ils ont bien porté ou non, en fait!! De meilleurs enchaînements dans les gestuelles auraient été plus aidants.

 


Vos impressions?
Votre nom * :
Votre courriel :
Votre courriel ne sera visible que pour l'administrateur du site.
Votre site :
Attention! Si vous voyez ce champ, n'y inscrivez rien!
Rappel éthique : vous êtes seul responsable du contenu des impressions publiées.
Se souvenir de mes informations personnelles


@ Danielle : Oui, oui, tu l'auras!
Rédigé par PG Luneau le lundi 13 août 2012 à 11:06


Oui, Oui je le veux!!
Rédigé par Danielle le lundi 13 août 2012 à 6:59


@ Anne des Ocreries : Mais vas-y, plonge!! C'est très enlevant, en plus de nous cultiver sur les mythes nordiques!!
Rédigé par PG Luneau le dimanche 12 août 2012 à 17:09


drôlement alléchant tout ça ! j'ai très envie d'y mettre le nez !
Rédigé par anne des ocreries le dimanche 12 août 2012 à 16:25




Dernièrement, j'ai lu... Tueurs de mamans
#01- Tueurs de mamans
23 avril 2017

Pipelettes
#02- ...On se calme!
14 avril 2017

Princesse Sara
#01- Pour une mine de diamants
09 avril 2017

Testament du capitaine Crown
#01- Cinq enfants de putain
02 avril 2017

Boule à zéro
#01- Petit coeur chômeur
26 mars 2017

Ma dernière chronique Petites nouvelles du temps des Fêtes!
27 décembre 2016

Mes genres favoris Aventure policière Drame familial Fantastique Fantastique médiéval Héros animalier Historique Humour Humour tendre Quotidien Récit psychologique S.F. humoristique Thriller fantastique Vous avez pris la parole! Eric the Tiger, sur Une vengeance au goût amer...

anne des ocreries, sur Une vengeance au goût amer...

anne des ocreries, sur Dure, dure, la vie de jeune adolescente?? Pas que!!...

anne des ocreries, sur Candy chez Oliver Twist!

anne des ocreries, sur Rapaces, violents et roublards au cube... des vrais pirates, comme on les aime!

Vos articles préférés Chronique
J'ai 5 ans, je suis grand! (air connu de tous les profs de maternelle!)
01 juillet 2014

Bécassine
#03- Bécassine pendant la Grande Guerre
10 août 2009

Chronique
les Pigeons partis, le bédéphile danse!!!
03 septembre 2012

Chronique
Mon automne superhéroïque
14 décembre 2013

Bécassine
#05- Bécassine mobilisée
04 août 2011

Design du site - Marsi
Création du site - Maxime Jobin