Preload image Accueil Preload image Questce Preload image Quisuisje Preload image Archives Preload image Contact
Mystère... Accueil Qu'est-ce? Qui suis-je? Archives La Lucarne à Luneau Me joindre Mes liens chouchous Le Passe-mot Art Marsien Marsi Menu
Retour aux archives
#01- le Cerveau de l'Apocalypse
#01- LE CERVEAU DE L'APOCALYPSE
Scénariste(s) : Alexandre Couture dit ALEX A.
Dessinateur(s) : Alexandre Couture dit ALEX A.
Éditions : Presses Aventure
Collection : X
Série : Agent Jean
Année : 2011     Nb. pages : 104
Style(s) narratif(s) : Récit complet (1/8) (Inspiration comics)
Genre(s) : Humour fantaisiste, Humour parodique, Aventure policière, Héros animalier
Appréciation : 4.5 / 6
Au croisement de James Bond... et des Lapins crétins!!?!
Écrit le mercredi 17 juillet 2013 par PG Luneau

Tomes lus : #01 – le Cerveau de l’Apocalypse

#02 – la Formule V              (2012   144 p.  4/6)

#03 – Opération Moignons  (2012  104 p.   4,5/6)

#04 – la Prophétie des Quatre (2013  104 p.  5/6)

 

ENFIN!! Depuis le temps que je me promettais de les lire, ces albums, et que je le promettais à Alex A., leur auteur, à chaque salon ou festival où je le rencontrais : je m’y suis enfin mis!… Et la pression était quand même au rendez-vous!! Imaginez le malaise si je n’avais pas aimé ça!! Vous savez ce que c’est : plus on a hâte à quelque chose, plus on risque d’être déçus, au bout du compte, nos attentes ayant surpassé les qualités intrinsèques de la chose en question…

Mais pour mon plus grand bonheur (et celui d’Alex, j’imagine ;^), je n’ai pas été déçu, bien au contraire : j’ai adoré les aventures de cet agent plus que spécial, l’Agent Jean!!

D’abord, précisons que l’Agent Jean est un orignal… (à moins que ce ne soit un chevreuil?? Mais un chevreuil devrait avoir un museau plus effilé, non?! Il faut avouer qu’avec les espèces de poteaux de téléphone qui lui servent de bois, c’est un peu difficile d’être formel!! ;^) Ce qui est sûr, c’est qu’il est membre d’une association secrète appelée l’Agence, un organisme qui regroupe et outille tous les agents spéciaux de la planète Terre A, tous ceux qui cherchent à combattre les vilains, les crapules et les génies du crime qui sévissent en ce bas monde… Au fil des tomes, Jean vivra des aventures complètement folles, dignes des bons vieux Batman de mon enfance (et je parle ici de la série télévisée complètement psychotronique, bien sûr – désolé, les jeunes, vous avez manqué ça!)!… Mais on en apprendra aussi de plus en plus sur le fonctionnement de l’Agence, sur ses membres… et sur l’intrigant passé de l’Agent Jean!

La série débute alors que l’amusant cervidé s’apprête à passer son dernier test avant de devenir un membre officiel de l’Agence. Le plus grand génie de la planète (avec un Q.I. de 402!!) vient de se faire voler… son cerveau (!!?!), et Jean doit prouver sa valeur en retrouvant le précieux organe et en le restituant à son propriétaire! Cet épisode, en plus de nous mettre en contexte et de nous dresser un aperçu des personnages que nous côtoierons plus régulièrement en lisant la série, nous présente plus en profondeur Henry B. Belton, le génie en question, qui deviendra le scientifique attitré du groupe.

Puis, dans le tome #2 (un peu moins percutant malgré le fait qu’il ait 40 pages de plus!!), on se concentrera sur WXT, un lézard à gros bras, membre-vedette de l’Agence avant l’arrivée de Jean. Il va sans dire que le balèze développera une certaine jalousie à l’égard du héros, jalousie qui le poussera à trafiquer l’initiation du pauvre Jean! Conséquences : voilà les deux agents expédiés sur le continent des Terres jaunes, un continent perdu… mais pas si désert que ça, puisque mutants et momies extraterrestres s’y rencontrent!

Le troisième tome entraîne notre Jean à la recherche de dossiers secrets dans les ruines sous-marines d’une des bases aquatiques de l’Agence. Pour ce faire, il sera accompagné de Monsieur Moignons, le chien handicapé qui l’a élevé au sein même des bureaux de l’organisation secrète. Bien sûr, on en apprendra plus sur la jeunesse de Jean… et sur celle de Moignons qui, naguère, avait ses mains!!

Finalement, le 4e tome (de loin le plus palpitant) force Jean à sauver la planète de quatre fins du monde différentes… en même temps!! La Prophétie des Quatre risque d’être fatale pour tous! Cette fois-ci, c’est sur le Continent rouge que notre délicieux héros doit se rendre, et il sera accompagné par nulle autre que sa patronne, Madame Martha, une vache au caractère bien trempé qui cache un passé étonnant et qui devra affronter à nouveau sa némésis (et ancienne alliée!) : Cassandra la devineresse!

À travers toutes ces trépidantes aventures, Alex A. nous présente un univers parodique de la plus haute qualité. Terre A, cette planète, supervisée par l’Agence, ce n’est pas notre Terre : elle lui est semblable, mais avec une géographie complètement différente… et elle est peuplée d’animaux anthropomorphes!! Entre les nombreux clins d’œil à toutes les séries d’espionnage, de missions impossibles, de superhéros… mais aussi à une foule de jeux vidéo, on apprend à connaître Jean, le parfait antihéros! Aucun agent spécial ne s’est jamais avéré aussi poli, gentil et… idiot que Jean!!

On n’en sort pas : le tout est totalement débridé et abondamment saupoudré d’un humour burlesque complètement déjanté! Il ne faut pas s’en faire si certains personnages se font trancher des membres (!?! N’ayez crainte, chers parents : aucune goutte de sang n’en résulte!!?)… puisqu’ils se les recolleront avec du papier collant, tout simplement!!?! L’intérêt n’est vraiment pas dans le réalisme… En effet, comment, dans le tome #3, Jean peut-il enfiler un casque de scaphandre qui a une encolure quatre fois plus petite que son museau??! On s’en fout totalement, d’autant plus que Moignons le rejoindra quelques secondes plus tard, à plus de 3000 m sous la mer… mais sans casque, lui!! On est ici pour vivre de folles aventures, pour se moquer des poncifs du genre (de tous les Bruce Willis et Sylvester Stallone de ce monde!)… et pour rigoler, que diable!

Et pour ce qui est de rigoler, il faut avouer que le style graphique d’Alex A. (qui ressemble un peu à celui de Matt Groening, des Simpson… mais en mieux!! ;^) tape dans le mille! Les tronches de ses personnages sont toujours très drôles, expressives et invitantes. Le jeune dessinateur a un style sobre, mais efficace et très commercial. Pas étonnant qu’il ait réussi à se tailler une si belle place (et si rapidement!!) dans l’univers du neuvième art québécois!

La moitié de la série est maintenant parue. En effet, Alex m’a annoncé, lors du dernier Festival de la BD de Québec, qu’il a prévu conclure sa série avec la huitième aventure de Jean. Au rythme où il dessine, on peut s’attendre à ce que cet agent très spécial nous quitte l’an prochain… ou en 2015 au plus tard!! Et ce sera bien dommage : il nous manquera! Mais gageons qu’il lui manquera encore plus : c’est un personnage qu’il a créé vers 1999, alors qu’il n’avait que onze ans!! ;^)

Du plaisir à l’état pur pour tous, à partir de 10 ans.

 

Plus grandes forces de cette BD :

 

  • le glacé sélectif sur les couvertures, et le titre en beau bosselage!! Quelle classe, quand même, pour des petits albums collés! (Parlant de ça, j’espère que la reliure tiendra le coup avec les années!)

 

  • mes dédicaces. Chacun de mes quatre tomes est dédicacé… ce qui n’est pas un exploit en soi : Alex est de tous les festivals et de tous les salons du livre, et il y fait presque du 9 à 21h!! ;^) De plus, comme il dédicace plus vite que son ombre, il n’y a jamais de file devant lui, même si de plus en plus de jeunes le connaissent et l’apprécient!!

 

  • l’efficacité des dessins caricaturaux. C’est hyperdynamique et très expressif… mais j’en ai déjà parlé plus haut!

 

  • la vivacité et la brillance des couleurs. De manière générale, tous les albums sont d’une coloration qui frappe l’œil et stimule les neurones… mais le tome #4 atteint une apothéose de brillance!! Je n’ai jamais vu un livre, tous genres confondus (BD, magazine, journal…) avec un lustré aussi flamboyant!! Je suis littéralement en pamoison devant mon exemplaire! Comment les Presses Aventure parviennent-elles à concentrer les couleurs vives avec autant de perfection!! Je veux tout plein de BD aux couleurs aussi fulgurantes!! Encore, encore… et bravo! (Est-ce que je l’ai dit que je trouve ça beau?? ;^)

 

  • l’intelligence de la narration. Malgré l’absurde des situations, les récits coulent bien, les péripéties respectent une certaine logique (une logique interne et bien à elle, mais une logique quand même!). De plus, l’auteur maîtrise bien son univers, et parvient à le rendre cohérent en faisant fréquemment référence, d’un tome à l’autre, à des personnages déjà rencontrés ou à des événements déjà survenus (par exemple, quand on reparle du grille-pain du tome #2 dans le #3)! Dommage pour la chute libre, le seul écueil jusqu’à maintenant (voir plus bas)! La façon qu’emploie l’auteur pour subrepticement introduire le Castor, dès le tome #1, démontre une fois de plus à quel point l’ensemble de son œuvre est structuré! Bref, c’est très bien construit, et bien dosé : l’auteur sait manier les narrations parallèles et syncopées, les intrigues majeures et mineures, les retours en arrière (dont certains très émouvants, parfois!), les punchs et les gags… et toujours en gardant un bon contrôle de ses personnages.

 

  • Jean, tout simplement! Quel être adorable!! Il est impossible de ne pas craquer pour ce héros… qui n’a pourtant tellement rien du glamour habituel des agents de ce type, finalement!! D’une naïveté extrême et d’une candeur à toute épreuve, il reste un être d’exception! Et il n’a même pas de réel pouvoir «supranormal»!… Sauf peut-être de sauter sans parachute d’un avion en marche et de s’écraser sans égratignure (voir le tome #1)… ou d’avoir des bois qui peuvent servir à alimenter un feu… et repousser en une seule nuit (voir le tome #2)!!...

 

  • la parodie d’un monde ultraconnu, celui des espions et des justiciers de tout acabit. Un univers riche en aventures haletantes, mais qui permet de nombreux excès amusants… et pas si loin de ceux qu’Hollywood tente de nous faire gober comme étant réalistes, finalement!! ;^)

 

  • les amusants clins d’œil à différents films et clichés du genre. On y retrouve les onomatopées à la Batman, l’ombre du héros qui effraie les criminels (tome #2, p.7), les poses héroïques (et complètement incongrues!), la présence (totalement gratuite, inexpliquée… et inexplicable!) de superhéros ou de personnages de jeux vidéo (comme Mario, Donkey Kong, Sonic le rebelle ou Link, de Zelda…) Tout ça, juste pour faire sourire… J’ai particulièrement apprécié ce conseil que Jean reçoit souvent dans le tome #4 : Cours et appuie sur le B!! C’est, bien sûr, une consigne qui ne veut rien dire, et qui n’est qu’un clin d’œil à la manette de la Wii!! Et que dire du concepteur de gadgets électroniques de l’Agence qui avoue que les gens comme lui ont toujours le chic pour présenter au héros LE gadget qui lui sera JUSTEMENT utile dans les prochaines heures!! Soulignons que le tome #3 nous offre une désopilante allusion au film Seul au monde (et Jean qui salue Monsieur Ceinture avec enthousiasme!! Doh!!), alors que le tome #4 introduit un nouveau personnage qu’on reverra sûrement : Noé, un coq maître d’arts martiaux (diplômé ès onomatopées?!?) qui se cache toujours dans la pénombre… et qui est fortement inspiré par le film the Matrix !

 

  • des petites idées amusantes de scénarisation, comme les consignes «dont nous sommes les héros», alors que l’auteur nous invite à placer dans une bulle l’insulte de notre choix (#1, p.62) ou à faire jouer telle ou telle musique, lors de certaines scènes (#1, p.77 ou #3, p.30-31)… Il y a aussi la scène de combat trop violent qu’on a fait dessiner par un enfant de 5 ans!! ;^) La plus chouette de ces idées? Le concours-défi du tome #3, qui nous demande de trouver les vingt œufs de Pâques, cachés à travers tout l’album! En continuation avec le récit, ce petit jeu ajoute une dimension ludique supplémentaire à la simple lecture!

 

  • l’humour, bien évidemment, et à plusieurs niveaux!! J’aime beaucoup le fait qu’Alex A. ne se soit pas limité à faire de «l’humour jeunesse». L’Agent Jean, tout en restant très correct et décent, comporte aussi certaines blagues que les jeunes ne comprendront que lors d’une lecture ultérieure, alors qu’ils auront plus de vécu et que leur bagage culturel sera plus étoffé! Ainsi, certains gags sont simplement drôles et accessibles à tous (comme quand Jean, dénudé, enfile les vêtements de ses collègue, dont sa patronne, dans le tome #2 – une série de gags qui m’a fait rire aux éclats!!), et d’autres sont plus songés (comme l’allusion à la désinformation, dans le tome #1, p.92). Une mention particulière pour les amusantes allusions que l’auteur met dans la bouche de ses personnages pour parler du fait que Jean est plus facile à cadrer quand il n’a pas ses bois… ou au mignon petit chat qui apparaît de nulle part lors de chacune des explosions (nombreuses!) auxquelles Jean assiste : ça, c’est de l’humour décalé comme je l’aime!! ;^)

 

  • quelques doubles pages visuellement intéressantes, comme les p.28-29 du tome #2, 30-31 du tome #3 ou 72-73 du tome #4. Quoiqu’assez sobre (surtout dans le cas des deux premières), leur ampleur frappe l’œil dès qu’on tourne la page!

 

  • les archives, nombreuses et amusantes, qui complètent bien l’immersion dans le monde de Jean (et d’Alex!!). Que ce soit les historiques des personnages, la chronologie de l’Agence, les previews, les jeux-défis… le tout sous l’inspirante épithète de «Dossiers secrets de l’Agence»!! À travers tous ces extras, on reconnaît toujours la rafraichissante joie de vivre communicative du jeune auteur. Ça tient presque du prodige!!

 

  • l’hyper-productivité de l’auteur!!! Rappelez-vous qu’il fait tout : scénario, dessin, coloriage, animation… il est de tous les salons et festivals, du matin au soir… et il dessine en plus pour le magazine Safarir!! Alex A., c’est le Gregory Charles de la BD jeunesse québécoise! Avec lui, on n’attend pas deux ans avant de lire la suite d’une série qu’on apprécie!

 

  • à partir du tome #4, de chouettes pages de garde, en demi-teintes, qui reprennent certaines planches du livre en question.

 

  • le tome #4 dans son ensemble, avec ses combats épiques et sa finale en apothéose qui nous ramène certains personnages! J’adore l’idée du mystère laissé inexpliqué, mais avec une adresse internet qui nous piste discrètement vers un lien interactif… où se trouve l’explication!! Cette interactivité intermédia est géniale, et je suis sûr qu’il y a plein de lecteurs moins attentifs qui sont passés à côté de ce complément d’information… mais comme il s’agit d’un dossier secret relatant des secrets d’espions, c’est peut-être mieux ainsi!! ;^)

 

  • quelques mystères encore bien gardés : Comment Martha s’est-elle libérée de ses liens, à la fin du tome #4?? Et puis, plus important encore : quelle est l’identité de la personne à qui le père de Jean a laissé son fils, quand il était bébé?? L’auteur fait trop attention, à la p.94 du tome #4, pour nous le cacher!! C’est trop louche : ce personnage jouera un rôle important dans les prochains tomes, j’en mettrais ma main au feu!!

 

Ce qui m’a le plus agacé :

 

  • le personnage de Monsieur Moignons. J’avoue que, politiquement parlant, j’ai eu un petit malaise face à la présence de ce personnage dans une BD burlesque… Par contre, en lisant, j’ai réalisé qu’on montre de lui une image très positive : il participe à la vie active de l’Agence, et on ne fait pas de cas (ni de blagues, heureusement!) sur le fait qu’il n’a plus de main. Seul son nom, finalement, m’apparaît comme étant un peu à la limite du mauvais goût : j’aurais quelques réserves à présenter ce personnage à mes élèves de neuf ans… J’aurais peur qu’ils ne soient tentés de traiter un enfant vivant un handicap similaire de «Monsieur Moignons»! Pourquoi avoir choisi ce nom? Surtout qu’on apprend, dans le tome #3, que Moignons s’appelait déjà ainsi AVANT l’accident qui lui a valu cet horrible handicap!!

 

  • les décors, assez minimaux. Plus souvent qu’à leurs tours, ils ne consistent qu’à un à-plat monochrome hyperbrillant… mais un peu vide, tout de même! Et c’est bien dommage, car quand il s’y met, il nous présente de belles choses, comme le Complexe C, que j’ai trouvé vraiment joli, dans le tome #3.

 

  • le cadrage du héros dans les cases!! L’auteur en fait une blague récurrente, mais ça m’a quand même achalé tout au long de ma lecture : à de très nombreuses reprises, Jean est dessiné sans ses bois!! Quand la tête du héros frôle le cadre du haut, Alex prend le parti de ne même pas dessiner les racines de ses bois!! C’est déstabilisant, surtout qu’on sait que Jean peut enlever ses bois, au besoin. Donc, à chaque fois (presqu’une dizaine), je me demandais : «Vient-il de les enlever ou si le dessinateur n’a tout simplement pas voulu faire les quatre petits traits qui nous les auraient laissé deviner?!»

 

  • quelques petites erreurs diverses. Une de syntaxe, à la p.92 du tome #1 : «Ça du bon sens». Une de composition d’image, trois pages plus loin (p.95) : en respectant notre sens de la lecture, Martha semble réagir avant même que Harry s’agite, à la troisième vignette. Une erreur graphique, à la p.110 du tome #2 : sur la grande illustration centrale, on devrait clairement apercevoir WXT et Jean sur l’aile de l’avion! Et, finalement, une erreur de logique : on apprend, dès les premières planches du tome #1, que Jean PRÉFÈRE sauter d’un avion sans parachute… pourquoi est-ce qu’il panique, alors (en revoyant toute sa vie défiler devant lui – chouette planche!), lorsqu’il s’apprête à s’écraser, à la fin du tome #2?? Une incohérence interne qui m’a pas mal déçu, celle-là, surtout à un tome d’intervalle!!

 

  • la propension de l’auteur à intégrer dans ses récits des mutants en tous genres. C’est, et de loin, les ennemis que j’aime le moins, car trop irréalistes… Mais Alex semble aimer le concept car il en met partout (principalement dans les tomes #2 et 3)!

 

 


Vos impressions?
Votre nom * :
Votre courriel :
Votre courriel ne sera visible que pour l'administrateur du site.
Votre site :
Attention! Si vous voyez ce champ, n'y inscrivez rien!
Rappel éthique : vous êtes seul responsable du contenu des impressions publiées.
Se souvenir de mes informations personnelles


@ Olivier : Merci! Avoue qu'il est tout à fait approprié!? ;^)
Rédigé par pgluneau le samedi 23 avril 2016 à 9:11


J'aime beaucoup ton titre!!!
Rédigé par Olivier le samedi 23 avril 2016 à 8:15


@ Arsenul : Mais grands dieux!! Depuis quand on donne des BD à son fils sans en avoir, d'abord, testé la qualité par soi-même!! Tu me déçois un peu, cher ami!! ;^) Mais sans blague, je te conseille de t'y mettre aussi : je suis sûr que tu apprécieras autant que ton gars!!
Rédigé par PG Luneau le jeudi 18 juillet 2013 à 17:15


@ Anne des Ocreries : Sûrement, Anne... mais je ne suis pas sûr qu'elle te soit facilement accessible, de ta France profonde!?!?
Rédigé par PG Luneau le jeudi 18 juillet 2013 à 17:13


Ton titre est savoureux. Tu donnes le goût de le lire. Emmanuel en a 2 ou 3 et je ne les ai pas lu... En effet, il produit ce Alex et de la qualité. Bon billet!
Rédigé par arsenul73 le mercredi 17 juillet 2013 à 20:02


bin, c'est une série que je lirais volontiers, m'est avis que je m'éclaterais la rate un bon coup !
Rédigé par anne des ocreries le mercredi 17 juillet 2013 à 15:25




Dernièrement, j'ai lu... Oli
#01- la Forêt aux faux rires
04 août 2017

Promise
#01- le Livre des Derniers Jours
28 juillet 2017

Batman - Un deuil dans la famille
Batman - Un deuil dans la famille
15 juillet 2017

Carnets de Cerise
#03- le Dernier des cinq trésors
11 juillet 2017

Death note
#05- Page blanche
24 juin 2017

Ma dernière chronique Capsule-Pif #022- Son nom n'était pas Daniel Boone... mais c'est tout comme!!
15 août 2017

Mes genres favoris Aventure policière Drame familial Fantastique Fantastique médiéval Héros animalier Historique Humour Humour tendre Quotidien Récit psychologique S.F. humoristique Thriller fantastique Vous avez pris la parole! anne des ocreries, sur Capsule-Pif #021- Probablement l'oiseau préhistorique le plus connu du 9e art!...

anne des ocreries, sur Capsule-Pif #022- Son nom n'était pas Daniel Boone... mais c'est tout comme!!

anne des ocreries, sur Capsule-Pif #018- Pourquoi t'es dans la lune?

anne des ocreries, sur Capsule-Pif #019- Quand Vaillant veut faire dans le récit d'aviation...

anne des ocreries, sur Capsule-Pif #020- l'Aventurier avec un grand A... Mais que faisait-il là?!

Vos articles préférés Chronique
J'ai 5 ans, je suis grand! (air connu de tous les profs de maternelle!)
01 juillet 2014

Bécassine
#03- Bécassine pendant la Grande Guerre
10 août 2009

Chronique
les Pigeons partis, le bédéphile danse!!!
03 septembre 2012

Chronique
Mon automne superhéroïque
14 décembre 2013

Bécassine
#05- Bécassine mobilisée
04 août 2011

Design du site - Marsi
Création du site - Maxime Jobin