Preload image Accueil Preload image Questce Preload image Quisuisje Preload image Archives Preload image Contact
Mystère... Accueil Qu'est-ce? Qui suis-je? Archives La Lucarne à Luneau Me joindre Mes liens chouchous Le Passe-mot Art Marsien Marsi Menu
Retour aux archives
Mon troisième safari-dédicaces : le FBDFQ 2012! (3e partie)
Écrit le lundi 21 mai 2012 par PG Luneau

le FBDFQ 2012, les dédicaces québécoises

 

Après une chronique plus générale et une autre sur les auteurs européens, voici que vous avez sous les yeux la troisième et dernière partie du compte-rendu de ma visite au 25e Festival de BD francophone de Québec! Dans cet ultime opus, je me consacrerai exclusivement aux rencontres que j’ai faites avec de passionnants auteurs québécois!

 

Mais je commencerai par préciser que je suis très fier de moi. Car sans vraiment faire de publicité (autre que celle que ma très chère amie Venise me fait via son Facebook ou celle que je m’auto-fais (?!) en prévenant parfois certains auteurs lorsque je publie une critique d’un de leurs albums), je commence doucement à me faire reconnaître!! En effet, il y a eu au moins neuf ou dix bédéistes pour qui mon nom (ou celui de la Lucarne!) a sonné des cloches!! À leurs regards interrogateurs, je voyais qu’ils se souvenaient manifestement de mon nom ou de la critique qui y était attachée. De plus, il y en a deux ou trois autres qui se sont montrés intéressés à en savoir plus, ou à ce que je leur fasse signe les prochaines fois que je parlerai d’une de leurs œuvres. Bref, petit à petit, les pigeons de ma Lucarne font leur nid… et dans quelques semaines, ce sera encore mieux, car le Pigeonographe, ce site qui hébergeait la Lucarne à Luneau depuis presque trois ans, s’effacera pour lui laisser toute la place!!! En effet, je vous l’apprends en primeur, d’ici cinq ou six semaines, de grosses rénovations s’effectueront dans ma Lucarne : changement de look, oui, mais surtout plus grande visibilité : puisque le Pigeonographe n’existera plus, la Lucarne occupera toute la page d’accueil, le format des couvertures présentées sera plus grand… et il y aura même une nouvelle adresse de circonstance : www.lalucarnealuneau.com ! D’ailleurs, cette adresse est déjà en vigueur (avec, pour le moment, un lien vers le site tel qu’il est actuellement)! Vous pouvez donc d’ores et déjà faire les changements dans vos favoris, afin de faciliter la transition! J’ai très hâte que vous voyiez le nouveau bandeau d’en-tête que Marsi m’a si gentiment pondu : il est sublime!

 

Mais revenons-en à ma chasse aux dédicaces… québécoises!

 

Parlons d’abord de Delaf et Dubuc, le sympathique petit couple qui dessine les Nombrils. Comme je l’avais remarqué lors de mon premier safari-dédicaces, il y a un an et demi, ces méga-stars de la BD ont choisi de se limiter à faire des dédicaces «à l’étampe», question de rentabiliser leur temps (c’est sûr que quand on se retrouve devant une file d’une dizaine de kilomètres de jeunes adolescentes hystériques, il faut bien s’outiller en conséquence!). Ainsi, j’ai eu droit, pour mon tome #5 (Un couple d’enfer), à l’estampillage attitré : un dessin de l’évolution de l’homme, version Karine : la Karine simiesque, la Karino Abilis, la Karino Sapiens Sapiens des premiers tomes… puis la nouvelle Karine, toute en noir et sûre d’elle-même! Un amusant clin d’œil à l’évolution du personnage, tout à fait de circonstance!

 

Je suis bien sûr revenu sur le scoop qu’ils m’avaient révélé lors de notre dernière rencontre, à savoir : la réalisation de séries télé sur les Nombrils, une québécoise et/ou une française! Le seul développement qu’il semble y avoir eu, c’est qu’on parle plus d’un film, maintenant, que d’une série télé. Avec de vraies comédiennes ou en dessin animé? Tout est encore possible, le projet semble encore très embryonnaire.

 Delaf et Dubuc... et moi!

Sinon, autre scoop : ce petit couple de l’Estrie respecte, d’album en album, une trame générale très définie!! Moi qui croyais que ces deux créateurs se laissaient porter par le courant de leur imagination! Au contraire, ils ont une idée bien précise des grandes lignes qui guideront leurs futurs albums, ainsi que de la conclusion de la série, qui devrait compter entre dix et quinze tomes!! Coool!!!! De plus, le prochain tome laissera une part plus grande à Vicky, cette mal aimée qui s’adonne à être leur personnage préféré à tous deux… mais que bien peu de lecteurs apprécie, à en juger par les commentaires qu’ils reçoivent lors des séances de dédicaces. Connaissant leur grand talent, je suis sûr qu’ils parviendront à réhabiliter cette pauvre peste dans nos cœurs, d’un petit revirement aussi attendrissant qu’inattendu, comme eux seuls savent le faire!

 

Puis, j’ai rencontré Thierry Labrosse pour la première fois. Je lui ai parlé du plaisir que j’ai eu à reconnaître son Montréal futuriste en lisant le premier tome de sa nouvelle série Ab Irato, ainsi que de l’excellente critique que j’avais faite de cet album. Il s’est d’ailleurs montré très intéressé que je lui envoie le lien afin de pouvoir la lire! Pendant qu’il me dédicaçait  le deuxième tome de cette série (avec un énorme gros plan, pleine page, de son héros, Riel), je lui ai fait remarquer à quel point son récit était prophétique, avec son extrapolation extrême de ce que pourrait devenir la médecine à deux vitesses, dans cent ans, et l’espèce d’«Occupons Montréal» futuriste qui en découle. Il a trouvé la comparaison très judicieuse, tout en me précisant que cet aspect de son scénario (car il est seul au commande sur cette série) avait été écrit bien des mois avant le mouvement planétaire des «Occupy»!

 

Voulez-vous un potin (en fait, c’est un secret de Polichinelle… mais comme je n’étais pas au courant, pour moi, c’est du tout neuf!!) : j’ai appris que la belle grande Stéphanie Leduc, auteure et dessinatrice de la série jeunesse Titi Krapouti et cie, est nulle autre que la conjointe de monsieur Labrosse!!! Et maintenant que je suis dans le secret, je ne peux m’empêcher de constater à quel point le personnage frontispice du tome #2 d’Ab Irato, sa rebelle au regard de feu, ressemble étrangement à madame Leduc. Quelle révélation!!

 Stéphanie Leduc                   Ab Irato 2

Plus tard, et après que mon ami Marsi ait renoué contact avec lui (ils s’étaient perdus de vue depuis quelques années), Marsi et Lapierrej’ai pu discuter un peu avec François Lapierre pendant qu’il dédicaçait mon album Teshkan, premier tome de sa série Chroniques sauvages. Après avoir parlé de nos intérêts communs pour l’histoire de la Nouvelle-France et le fantastique (je lui ai même brièvement parlé de mon idée de scénario, qu’il m’a fortement encouragé à poursuivre!), j’ai pu apprendre que ce grand artiste avait beaucoup de pain sur la planche : il lui faudra tout d’abord finir la coloration de trois albums (dont un Troisième Testament – Lucius et un Grand Mort) avant de se mettre plus sérieusement à la rédaction du scénario du tome #2 de la Bête du Lac (pour que son ami Patrick Boutin-Gagné puisse le dessiner)… Ensuite seulement, il passera à une éventuelle suite de ses Chroniques sauvages… «si mes éditeurs jugent les ventes du premier tome satisfaisantes!...» Souhaitons que le récent Bédélys attribué à cet album parvienne à convaincre cette maison d’éditions (Glénat Québec, pour ne pas la nommer!) de la pertinence d’un nouveau tome!!

 

Au cours du week-end, j’ai aussi pu rencontrer mon «ami» Michel Rabagliati (voir ma chronique de son petit dernier, le fantastique Paul au Parc), avec qui j’ai surtout jasé scoutisme… Il s’est montré, lui aussi, très curieux à l’égard de ma Lucarne! J’avais bien hâte d’y critiquer une de ses œuvres et de vous dire tout le bien que je pense de ce grand homme… C’est maintenant chose faite!! ;-)

 

J’ai aussi pu croiser (enfin!) monsieur Philippe Girard, celui pour qui j’ai été si content d’enfin trouver un album à mon goût! C’est donc avec Béatrice – la vie est ketchup! que je l’ai abordé. Il était très content de voir que ce petit album sans prétention, qui est passé assez inaperçu à sa sortie, en 2009, trouve encore des lecteurs. Il a été tout fier de me présenter la VRAIE Béatrice… sa fille!! En effet, l’amusante héroïne de ce recueil de strips est nulle autre que sa véritable fille, devenue depuis une belle grande adolescente de quatorze ou quinze ans, qui bouquinait justement tout près! C’est d’ailleurs ainsi que j’ai su que plusieurs des gags étaient carrément autobiographiques!!

 

Quand je lui ai demandé si on avait des chances de voir un jour un nouveau tome de Béatrice, il m’a affirmé qu’après les contraignantes années où il a dû produire ces strips (paraissant quotidiennement dans la Presse et hebdomadairement en Europe, dans le magazine Spirou), il avait clos ce volet de sa vie… Mais il lui resterait encore assez de matériel pour pouvoir publier au moins un troisième tome… si un éditeur se montre un jour intéressé! Pour ce qui est de son projet actuel, il s’agit d’un one shot inspiré de sa grand-mère, qui serait sur le point de garnir les rayons, peut-être pour le premier Festival de la BD de Montréal, au début juin!!

 

Denis Rodier m’a dédicacé son petit dernier : le tome #1 de l’Apogée des dragons. À l’aide de quatre Prismacolor des plus banals (un jaune, un ocre, un brun pâle et un plus chocolat), et à l’aide de fines touches de plus en plus foncées, il a reproduit le visage tout en ombrages d’Ernst Shäfer, le personnage principal de cette série qui se veut non pas un prequel (comme je l’imaginais) de la trilogie l’Ordre des dragons (une série d’aventure fantastique frôlant l’horreur que j’avais, étonnamment, bien aimée), mais bien un spin-off! En effet, on ne se retrouve pas dans les années qui ont précédé la trilogie originale, mais plutôt après!! C’est comme un second cycle, mais il se terminera déjà dans le prochain tome… Monsieur Rodier m’a même annoncé que d’autres cycles seront potentiellement créés, mais probablement avec d’autres dessinateurs, lui-même désirant maintenant se tourner vers d’autres projets plus personnels!

 

J’ai aussi fait grand plaisir au jeune Jean-Sébastien Bérubé en lui racontant tout le bien que j’ai pensé du premier tome de sa tétralogie sur l’explorateur Radisson! Avec lui, j’ai pu confirmer ce que j’avais perçu lors de ma lecture : ce n’est pas par hasard si les scènes plus olé olé ou les massacres trop sanglants sont montrés sous des angles qui évitent que l’action ne soit exposée trop crument! C’est bel et bien consciemment que l’artiste a choisi d’adroitement contourner ces scènes, souhaitant ainsi que sa série reste accessible à tous les publics, incluant le public scolaire! Futé, le gars!!

 

J’ai profité du fait qu’il m’illustrait son héros dans mon tome #1 pour aborder avec lui un des sujets qui m’avait bien étonné quand je l’ai lu sur son blogue-portfolio : la critique persistante que sa série reçoit par rapport à la forme du nez de son personnage principal!! Il paraîtrait que le nez en bec d’aigle n’ait pas la cote, au Québec, dans le neuvième art, du moins!! Quelle étrange remarque à faire sur une si excellente série! Ensuite, j’en ai appris un peu plus sur ses projets à venir : d’abord, compléter le quatrième et dernier tome de la série (ce qui a failli être impossible, puisque Glénat-Québec avait décidé de «tirer la plug»! Heureusement, après un grand battage médiatique, la maison d’éditions est revenue sur sa décision!), puis entamer soit un nouveau projet solo qu’il a en tête, beaucoup plus contemporain, soit un autre, qu’il envisage avec un scénariste!

 

Djief et LabrosseDe Djief, un de mes artistes chouchous, j’ai aussi pu tirer quelques infos. Pendant qu’il me dédicaçait mon premier tome de la série le Crépuscule des dieux (qui date déjà de 2007 et qu’il est grand temps que j’entame!!), il m’a appris que la suite de son génialissime White Crows sortira bientôt, et que le Crépuscule … , justement, dont il vient de clore le récit officiel avec le tome #6, s’enlignerait probablement vers un nouveau cycle, de quatre à six tomes, plus fictif celui-là. En effet, si les six premiers tomes racontent le mythe scandinave du très célèbre anneau de Nibelugen, tel que même Wagner nous l’a conté en musique (ah!! la Chevauchée des Walkyries!!), ces futurs albums extrapoleraient de nouvelles aventures avec certains personnages importants de la série. Belle idée de partir d’un mythe connu et d’imaginer des «possibles»!… Et je ne vous parle pas du superbe Wotan, à l’aquarelle, qu’il m’a légué! Vivement que je lise ce tome… et les suivants! Moi qui aime tant les diverses mythologies!

 

J’ai aussi eu la chance de voir mon autre chouchou, Jacques Lamontagne, à deux reprises : il m’a dédicacé mon Aspic #2 (d’une belle Flora à l’aquarelle) le vendredi soir, malgré un mal de tête carabiné (mais rien n’y paraissait, il a été d’une générosité sans reproche, comme à son habitude!), puis mon Druides #1 (d’un très beau Taran) le lendemain. Tout au long de ces moments privilégiés, je l’ai évidemment fait parler de ses futurs projets : le tome #7 des Druides sera complété cet été et sortira à l’automne. Il est à noter que le tome #6 concluait le premier cycle… mais se terminait sur un cliffhanger qui relançait un nouveau récit, qui s’étalera peut-être jusqu’au tome #8 ou 9… mais qu’il fera plus tard! Car sitôt le #7 bouclé, il se met (pour notJacques Lamontagnere plus grand bonheur!) sur le début de son second diptyque d’Aspic, détectives de l’étrange, dont les grandes lignes lui trottent déjà dans la tête depuis quelques temps. Il m’a donc promis le Aspic #3 pour l’automne 2013… Si loin!!! ;-)

 

À travers nos discussions (et celles qu’il a pu avoir avec les autres fans qui se trouvaient devant moi : que voulez-vous : comment ne pas tendre l’oreille et écornifler!?), j’ai appris que monsieur Lamontagne, malgré sa grande expérience, se mêle très peu du scénario des séries pour lesquelles il n’agit qu’à titre de dessinateur. Il dit avoir suffisamment de travail avec sa série solo (Aspic) et les scénarii que les éditions Soleil lui ont commandés (Yuna et Haven) sans avoir à chipoter sur les décisions d’Istin, son acolyte des Druides. De plus, j’ai découvert que monsieur Lamontagne a un point commun avec moi : sa série d’enfance préférée était les 4 As… Il est un grand collectionneur de para-BD… au point de posséder une planche originale des 4 As, signée par Craenhals, un petit joyau de collection qu’il s’est procuré en déboursant dans les quatre chiffres!!! Comme quoi je ne suis pas le seul heureux fou!! ;-)

 

Finalement, je ne peux pas passer sous silence mes rencontres avec le sympathique trio à l’origine de la non moins sympathique série Lionel et Nooga, et j’ai nommé messieurs Vaillancourt, Goulet et Duguay! Mais avant, je dois vous faire part d’une découverte que j’ai faite quelques semaines avant le Festival, en retournant sur le très intéressant site de cette série. Quelle ne fut pas ma surprise de voir un extrait d’une de mes critiques mise en exergue sur la page de présentation de leurs albums, juste en dessous d’autres commentaires de journalistes chevronnés du Devoir et de Radio-Canada!!! Wow!! J’en suis encore tout enthousiasmé : un de mes rêves s’en trouve ainsi réalisé! Aussi était-ce avec fébrilité que je me suis avancé vers le trio, bien campé au stand des 400 coups!

 

En me présentant, c’est d’abord Michel Vaillancourt qui a sourcillé en entendant mon nom de famille. «Tu n’serais pas le gars de la Lucarne à Luneau, par hasard?» m’a-t-il aussitôt demandé. Ça y était : la glace était rompue! Après que j’ai eu officialisé cet état de fait, ça a été comme une fête des deux côtés de la petite table qui nous séparait! Moi, content de leur parler et de pouvoir les remercier d’avoir utilisé des bribes de ma critique pour leur publicité interne, eux ravis de la bonne publicité que mes deux critiques avaient pu leur apporter, et contents d’enfin mettre un visage sur mon nom… ce nom qu’ils ont d’ailleurs attribué, tout à fait par hasard, à un de leurs personnages!! On a bien sûr parlé de ce hasard (Albert-André Goulet me disait que Luneau est le nom de famille du conjoint de sa sœur ou d’une cousine, si ma mémoire est exacte, et que cette personne viendrait de la région de… Victoriaville, tout comme moi!!). Mais nous avons aussi discuté de plusieurs autres sujets : de l’ampleur de mes critiques, qui me permet d’aborder plusieurs détails que les critiques escamotent habituellement, faute d’espace… et du fait que mes deux critiques de leurs albums sont parmi les pages les plus visitées de ma Lucarne, même après tous ces mois qui nous séparent maintenant de leur parution!! Puis, ils m’ont confirmé ce que j’avais déduit : ce sont les distributeurs français qui ont refusé le titre annoncé du tome #2, «Pour quelques arpents de sloche», ce dernier mot ne faisant référence à rien pour eux (misère!!). De plus, ils m’ont appris que c’est aussi à cause d’eux que Ghyslain Duguay, le dessinateur, a dû refaire la maquette de la couverture du tome #1, question d’y intégrer la plantureuse silhouette de la belle Zoila, qu’il n’avait pas prévu dessiner sur ce premier tome! Ah! Les Français et les pitounes!!

 

Bien que les trois gars soient ultra-sympathiques, et d’une complicité qui fait plaisir à voir, j’ai un peu plus jasé avec Ghyslain, entre autre parce que je l’ai croisé, plus tard, en compagnie de son épouse, qu’il m’a gentiment présentée. J’ai appris que ce talentueux dessinateur vit à Sept-Îles… mais que le dessin n’est qu’un hobby pour lui!!!! Il n’a aucune formation dans ce domaine et y travaille à temps perdu, les fins de semaine ou lorsqu’il attend l’avion dans les petits aéroports régionaux (il est inspecteur pour Hydro-Québec, ce qui l'amène souvent à parcourir les vastes territoires du Grand Nord)!! Depuis que je sais cela, je suis encore plus ébloui par le travail de cet artiste, qui se dit encore intimidé de dessiner devant public! «Je suis du genre à effacer souvent, à recommencer quand un élément ne fonctionne pas… mais devant des spectateurs, c’est un peu gênant!» dit-il, le sourire aux lèvres.

 

Sur le plan des scoops, j’ai pu voir la première planche et la couverture du tome #3 (enfin, la proposition de couverture… les distributeurs français y trouveront-ils à redire, cette fois?!) et j’ai appris que dans le tome #3 ou 4, lors de leur périple aux États-Unis, Lionel et Nooga croiseront un autre fermier bourru : un Luneau, lui aussi, nul autre qu’un cousin expatrié de celui qu’on connaît déjà!!! En plus de mes deux dédicaces (une par album), ces trois joyeux compères ont tenu à me remercier pour «l’apport publicitaire» que j’ai fait à leur série en me faisant un cadeau fabuleux : ils m’ont permis de me choisir un planche originale, sur papier glacé, fraîchement sortie de l’imprimante de monsieur Duguay!! J’ai bien sûr opté pour une où l’on voit le fermier Luneau, soit celle correspondant à la p. 45 du premier tome. Encore aujourd’hui, plus d’un mois après, je suis ému par cette gratitude! Ce cadeau inestimable est un véritable honneur pour moi, et il reste un de mes meilleurs souvenirs de ce safari-dédicaces!

 

Chose certaine, avec mes amis-accompagnateurs Marsi, Venise et Arsenul, on en est venus à un constat fort intéressant : ces deux jours et demi passés à Québec dans le cadre de ce festival ont été tellement agréables qu’ils devraient devenir traditionnels! En effet, on s’est bien juré de tout mettre en œuvre pour que ce pèlerinage québécois devienne un rendez-vous annuel! N’est-ce pas fantastique?! Ça veut donc dire que vous aurez fort probablement droit à d’autres comptes-rendus aussi détaillés, avec autant de scoops passionnants l’an prochain à pareille date!!! Ma bande de chanceux, vous autres!! ;-)


Vos impressions?
Votre nom * :
Votre courriel :
Votre courriel ne sera visible que pour l'administrateur du site.
Votre site :
Attention! Si vous voyez ce champ, n'y inscrivez rien!
Rappel éthique : vous êtes seul responsable du contenu des impressions publiées.
Se souvenir de mes informations personnelles


@ Fred : Ce n'est encore qu'un bien modeste succès d'estime! Le lectorat ne suit pas aussi vite, et il paraîtrait que c'est principalement dû au fait que je ne suis pas sur Facebook!! En effet, quand mon amie Venise met sur son profil un lien vers ma Lucarne, mon audimat augmente de 300% au moins!! Mais la reconnaissance des bédéistes me satisfaient encore assez, pour le moment. Pour ce qui est du reste, j'attends que la refonte du site, prévue pour dans moins d'un mois, soit en place avant de mousser ma publicité!!
Pour ce qui est de Meumeu, je me pratiquerai afin d'être en mesure de carrément la dédicacer, comme les bédéistes le font dans mes albums... Je ne suis juste pas sûr que la pauvre vachette a suffisamment de tissu pour recevoir un tel dessin!!?? ;-)
Rédigé par PG Luneau le samedi 09 juin 2012 à 10:32


Wow! La Lucarne se popularise doucement mais surement. Cool. Je dirai a Charlotte du bien s'occuper de Meumeu car elle pourra un jour dire que c'est le celebre PGL qui lui a donné.
La prochaine fois que tu passe dans le coin, assure toi de l'autographier.
;)

Rédigé par fred le samedi 09 juin 2012 à 8:50


@ Danielle : C'est bien gentil à toi, petite Danielle chérie, de flatter mon ego de la sorte! Je travaille fort pour vous partager ma passion... mais tout ça se fait dans le bonheur et le plaisir, alors j'ai bien peu de mérite!! Merci d'être passée, et d'avoir laissé un message si stimulant!
Rédigé par PG Luneau le samedi 26 mai 2012 à 23:53


Mission accomplie Venise, puisque c'est grâce à ton lien que j'ai pu prendre connaissance de ce compte-rendu qui s’avère, comme toujours, attrayant et substantiel. N’empêche que je ne pouvais m’empêcher de penser, au fil du récit de ces rencontres avec les auteurs, à toute la P-A-T-I-E-N-C-E dont il faut faire preuve pour récolter cette somme d’information dans un tel salon. Vous ne pouvez pas savoir, les amis, à quel point je m’émerveille de votre persévérance et de votre passion!! Quant à cette notoriété qui s’affirme de jour en jour, Pierre-Greg, dis-toi bien qu’elle est amplement méritée et repose sur une maîtrise évidente du sujet, de même que sur une forte habileté à nous communiquer tes observations et réflexions. Bande de chanceux que nous sommes, nous autres!! ;)
Rédigé par Danielle le vendredi 25 mai 2012 à 9:51


@ Venise : Je compte en effet sur toi pour que tu connaisses plus de trois des bédéistes dont je parlerai l'an prochain... et ce, sans compter celui que tu connais si intimement et qui, enfin, y sera! Bref, il est grand temps que tu reprennes ton lointain défi d'une BD par mois! Ta moyenne au bâton est dangereusement à la baisse, il me semble!?! Je t'imagine déjà en train de les lire, dans ton nouveau solarium!! ;-0
Pour ce qui est du Ghyslain autodidacte et «dilettant», c'est bien sûr Ghyslain Duguay... que j'avais nommé trois lignes plus haut (j'imagine que tu savoures tellement chacune de mes lignes que tu en viens à te perdre dans ton extase... et à perdre le fil de mes propos!? ;-) )
Merci encore pour toute la visibilité supplémentaire que tu me donnes : sans toi, j'aurais bien de la peine à garder ma moyenne de 17 ou 18 visiteurs par jour!!
Rédigé par PG Luneau le jeudi 24 mai 2012 à 23:11


@ Marsi : J'ai d'ailleurs très hâte d'y voir un certain auteur de ma connaissance, avec sa dernière création... une oeuvre qui s'annonce exquise... mais qui s'annonce longtemps! ;-)
Rédigé par PG Luneau le jeudi 24 mai 2012 à 23:00


J'ai tout, tout lu ! C'est pour ça que j'ai été longue à venir (à part du fait que je me suis empaqueté dans une boîte ;-)), je voulais prendre le temps de lire chaque ligne, pour faire et parfaire ma culture bédéesque québécoise.

J'en ai eu pour mon argent, et pourtant c'est gratuit ! Il y a tant et tant à dire, il faudrait un dialogue pour passer chaque anecdote, parce que ce billet est nourri en anecdotes et en informations pour les albums futurs. Si je lisais chacun des bédéistes québécois que tu lis, j'aurais jubilé de bonheur. Mais disons qu'il y en a trois ... seulement. Mais l'année prochaine, j'en aurai plus.

Je suis moi aussi tellement admirative pour un bédéiste qui GAGNE sa renommée en fait du dessin à temps PERDU ! Je parle de Ghislain (nom de famille à accoler ?). Et ceux qui sont tellement occupés, scénariste, dessin en tandem, dessin en solo, ect ... ça m'impressionne aussi grandement.

Mais ce qui m'a le plus fait plaisir est que tu commences à être reconnu. Et de ce clic, je pars vers ma mission de faire des liens, des ponts, en tant que passerelle officielle de La Lucarne !
Rédigé par Venise le jeudi 24 mai 2012 à 18:34


Eh bin, Pierre-Greg, ce fut un safari prolifique ! Très intéressant ! Et, pour ce qui est de l'an prochain, c'est, en effet, un rendez-vous incontournable. De toute façon, je n'aurai pas le choix !!!
Rédigé par Marsi le jeudi 24 mai 2012 à 16:31


@ Arsenul : Tes remarques me vont droit au coeur : peut-être qu'un jour je serai, effectivement, un «nom» dans l'univers du neuvième art québécois... même si je ne suis pas sûr d'être maintenant prêt à l'être!!
Pour ta part, c'est pas mal le cas : t'entends-tu? «Je regrette d'avoir raté Philippe Girard... mais il m'a écrit personnellement!» Ça fait assez hot merci!! Tu as de foutus bons contacts, monsieur qui placotte avec Guillaume Bianco à toutes les semaines et qui sert de guide touristique aux stars de la BD!!! ;-)
Grâce à ton commentaire, je viens d'aller jeter un coup d'oeil sur le site de PhlppGrrd. J'y ai vu la dite couverture de son nouvel album : je ne savais même pas qu'il était sorti!! Ça a l'air bien! Les couleurs sont belles, et on dirait que l'artiste a un peu changé son style! Je vais sûrement m'y risquer un jour!
Et pour la «nouvelle» Lucarne, ça devrait aller vers la fin juin, question de laisser passer le rush de fin d'année : s'il y en a un qui sait ce que c'est, c'est bien toi!! ;-)
Rédigé par PG Luneau le mardi 22 mai 2012 à 22:20


Wow une planche originale! C'est effectivement de la gratitude incroyable! Dans très peu de temps , ces salons seront pour toi des rencontres de copains. J'aime bien tes scoops et toutes tes infos, je te le redis, un boulot de journaliste te permettrait de couvrir les salons avec une carte VIP et les organisateurs en seraient comblés!
Avoir manqué Philippe Girard est mon regret de ce festival, il m'a écrit par la suite car il voulait envoyer des bédéistes français visiter les Gaspésie. Je suis un excellent guide! J'aime pas mal tout ce qu'il fait. Je ne savais pas que cette dame en couverture de son dernier opus est sa grand-mère? J'attends ma prochaine paye pour aller me le chercher. Il faut savoir respecter son budget, ( Parle s'en à Alain!) hi hi hi.
le point fort de tout ça est la reconnaissance que tu acquières. tu travailles fort, tes billets sont bien élaborés, justes, ont sent le travail derrière tout ça. Je suis content que ça porte fruit. Tant mieux pour toi. De mon côté, j'ai bien hâte de voir cette lucarne!
Rédigé par Arsenul le lundi 21 mai 2012 à 20:51




Dernièrement, j'ai lu... Pour l'amour de l'art
#01- l'Affaire Van Rotten
30 mai 2020

Seule à la récré
Seule à la récré
22 mai 2020

Enfants du capitaine Grant, de Jules Verne
#02- les Enfants du capitaine Grant, de Jules Verne
14 mai 2020

Vie compliquée de Léa Olivier
#01- Perdue
07 mai 2020

Benjamin et Benjamine
#INT - Benjamin et Benjamine
27 avril 2020

Ma dernière chronique Confinés?? Aussi bien en rire!
22 avril 2020

Mes genres favoris Aventure policière Drame familial Fantastique médiéval Héros animalier Historique Hommage Humour Humour tendre Quotidien Récit psychologique S.F. humoristique Thriller fantastique Vous avez pris la parole! Marsi, sur Toujours le maître de l'aventure, toujours dans un aussi bel écrin!

Danielle, sur Ou le difficile deuil d'une normalité

Marsi, sur Toujours le maître de l'aventure, toujours dans un aussi bel écrin!

Danielle, sur Agatha Christie... sur l'ecstasy?!

Marsi, sur Toujours le maître de l'aventure, toujours dans un aussi bel écrin!

Vos articles préférés Chronique
J'ai 5 ans, je suis grand! (air connu de tous les profs de maternelle!)
01 juillet 2014

Bécassine
#03- Bécassine pendant la Grande Guerre
10 août 2009

Chronique
les Pigeons partis, le bédéphile danse!!!
03 septembre 2012

Chronique
Mon automne superhéroïque
14 décembre 2013

Bécassine
#05- Bécassine mobilisée
04 août 2011

Design du site - Marsi
Création du site - Maxime Jobin