Preload image Accueil Preload image Questce Preload image Quisuisje Preload image Archives Preload image Contact
Mystère... Accueil Qu'est-ce? Qui suis-je? Archives La Lucarne à Luneau Me joindre Mes liens chouchous Le Passe-mot Art Marsien Marsi Menu
Retour aux archives
Capsule-Pif #027- Gentlemen-cambrioleurs : de très grands seigneurs!
Écrit le dimanche 26 août 2018 par PG Luneau

les Aristocrates

les Aristocrates

Que voilà une série intéressante que celle des Aristocrates! Sûrement l'avez-vous croisée, en parcourant les pages de vos vieux Pif gadget de 1975! Un tel quatuor en costard, cravate et melon, accompagné d'une jeune et jolie donzelle, très très à la mode, on ne pouvait pas les manquer! ;^) En fait, il s'agissait d'une équipe de cambrioleurs de haut niveau, qui avait fait sienne les préceptes du mythique Robin des bois! En effet, celui qu'on ne connaîtra que sous le titre du Comte, un noble britannique très distingué et assez âgé, a recruté 4 partenaires pour parvenir à exécuter les vols les plus spectaculaires (et improbables!) qui soient, au nez et à la barbe du très réputé Scotland Yard. Mais, toujours, il choisit ses victimes parmi les richissimes corrompus... et toujours dans le but d'en faire profiter les plus démunis!

Pour seconder ce génie de la combine, du vol à la tire, de la prestidigitation et du combat à l'épée (?!), on retrouve quatre complices hyperspécialisés.

Fritz, des Aristocrates, in Pif #310D'abord, il y a Fritz, un ingénieux électronicien allemand capable de bidouiller tous les appareils possibles et imaginables, du ralentisseur d'ascenseur au brouilleur d'ondes télévisuelles en passant par le jet-pack ou les bottines et les gants pour grimper aux murs, tel Spiderman!!? Vous l'aurez compris, cet allemand un brin prétentieux, aux airs d'amusant grand-père, rappelle beaucoup le célèbre Q, le concepteur de gadgets de James Bond!!

Puis, il y a Alvaro, un tout petit Italien moustachu, tout mince, auquel aucun coffre-fort ne peut résister! Sa petite taille lui permet de se faufiler partout... mais ne l'empêche nullement de se prendre pour un grand Don Juan!

Moose est le quatrième homme du groupe. Ce gros Irlandais barbu, sosie quasi parfait de Bud Spencer, est doté d'une force herculéenne... qu'il adore mettre à profit!

Finalement, la superbe Jean, jeune nymphette sublime aux allures d'ingénue, Allen et Jean, des Aristocrates, in Pif #324s'avère être la nièce du Comte. Bien que le rôle de la belle soit presque toujours d'user de ses charmes pour distraire les autorités ou ensorceler une victime, question de l'entraîner momentanément loin de chez-lui, il n'en demeure pas moins qu'elle a plus d'un tour dans son sac!

Ensemble, sous la houlette de ce mélomane de Comte, ils exécutent «avec la précision d'une montre suisse» (comme ils se plaisent tous à le rappeler) des plans toujours très minutieusement échafaudés.

Comme antagoniste, les auteurs ont pensé ajouter le jeune inspecteur Michael Allen, de Scotland Yard. Ce beau blondinet s'avère en fait être l'allié/ennemi du groupe, car il est perpétuellement torturé entre son béguin pour la belle Jean (elle sait faire fondre le cœur de qui elle veut, la diablesse!), son désir de capturer cette équipe qui transgresse la loi (même si c'est pour de bonnes causes!)... et le fait qu'il doit RÉGULIÈREMENT faire appel aux services des Aristocrates pour l'aider à résoudre certaines de ses enquêtes!!

Si les scénarii avaient tout pour faire rêver les jeunes lecteurs que nous étions, disons qu'avec le recul, je suis plus à même de constater qu'ils souffraient parfois de petites incohérences techniques ou logistiques! Et la longueur des récits, de 10 à 12 planches, faisait en sorte que les auteurs devaient souvent conclure leurs récits de façon plutôt expéditive!

Graphiquement, Tacconi avait le chic pour exploiter les très gros plans et pour nous fagoter des mises en pages vraiment très dynamiques, remplies d'inserts et de vignettes concaves qui s'emboîtent de façon très irrégulière. De plus, ce monsieur pouvait nous pondre des tronches réalistes impayables, avec des mimiques hyperefficaces et mémorables!

les Aristocrates, in Pif #312

C'est pourquoi, avec leurs petites touches d'humour tout ce qu'il y a de plus british, les cambriolages rocambolesques des Aristocrates ont su nous distraire de bien agréable façon. Et ce, malgré leur caractère si peu probable... mais il fallait bien rêver, non??!

les Aristocrates, in Pif #318

Titre : les Aristocrates (mais seulement dans Pif! Originellement, elle s'appelait Gli Aristocraciti, et ailleurs, elle a été popularisée en français sous le titre des Gentlemen!)

Auteurs : Alfredo Castelli (scén.), Ferdinando Tacconi (dess.)

Descriptif : Ces Robins des bois des temps modernes sont en fait une sympathique équipe de cambrioleurs futés et habiles qui dérobent les trésors les plus inaccessibles qui soient à l'aide de bidules technologiques qui rendraient James Bond vert de jalousie! Cette équipe pluridisciplinaire, où chacun a sa spécialité, n'hésite jamais à donner un coup de main à l'un de leur plus fervent admirateur/détracteur, l'inspecteur de Scotland Yard Mike Allen, qui a autant besoin de leurs services qu'il cherche à leur mettre le grappin dessus!

Allen in les Aristocrates, Pif #330

Dessin : Réaliste, en noir et blanc... avec une large dominance de noir! Beaucoup de scènes nocturnes et de clairs-les Aristocrates, in Pif #312obscurs... Si l'on rajoute les incontournables complets noirs de tous ces messieurs, ça fait sombre longtemps!! Leroulement des bouteilles d'encre noire devait s'effectuer très rapidement chez monsieur Tacconi!  ;^)   

Genre : Aventure policière... mais de l'autre côté du miroir, en ce sens que nous sommes du côté des as de la cambriole, et qu'on leur souhaite de réussir, puisqu'ils le font toujours pour de bonnes causes!

# d'apparitions : 14 récits complets, généralement de 10 à 12 planches,

Époque des apparitions : Qu'en 1975! Malgré le fait que le scénariste tentait de bien faire comprendre que sa série ne prônait aucunement le banditisme, certains parents de lecteurs auraient manifesté des réserves sur l'aspect plus ou moins moral des valeurs transmises par cette série!!

Aristocrates, ligne de temps

Des albums? : 7 albums, tous sous l'appellation les Gentlemen, édités de 1979 à 1982 dans diverses collections, chez Hachette et Fleurus.

Note personnelle : Scénario : 4,5/5             Dessin : 4/5          Total : 8,5/10

Importance relative de parution : 173

En couverture? : Jamais!

Clins d'œil et trucs divers :

*Cette série n'en est pas une originale : les gens de chez Pif gadget l'ont achetée au journal italien il Corriere dei Ragazzi, où elle paraissait déjà depuis 1973. Par la suite, la série perdura quelques années dans le magazine français Super As puis dans le mensuel de poche Rodéo, qui en reprenait de vieux épisodes. De nouveaux épisodes ont vu le jour dans Il Giornalino, en 1998!

*Alfredo Castelli, le scénariste, est le père de la future série Martin Mystère, qui fera un tabac en Italie... et ailleurs!

*Ferdinando Tacconi, le dessinateur, se faisait presque systématiquement massacrer son nom par Pif gadget! J'ai vu très souvent des Tacconni et des Taconni... Richard Medioni le baptise même Traconi, tout du long de son livre Mon Camarade, Vaillant et Pif, l'histoire complète ... C'est à en perdre son italien! :^D

*Dans la version originale (et dans toutes les versions des Gentlemen), Fritz s'appelait Kurt et Alvaro, Pédro. Fritz des Aristocrates, in Pif #330De plus, Jean orthographiait son nom Jane. Pourquoi les gens de chez Pif gadget ont-ils décidé de les rebaptiser??

* En plus des expressions Well!, By jove! et My godness!, le Comte lance très souvent des répliques du «grand poète», Shakespeare... qui, généralement, n'en sont pas! :^)

* Pour sa part, Fritz dit toujours Wunderbar! et ne cesse de s'étonner de la naïveté, de l'incompétence ou de tous les travers des Anglais en se demandant sans cesse : «Ces Anglais, comment ont-ils pu gagner la guerre?»

* En caméo très spécial, on retrouve, dans le #326, nulle autre que sa Très Gracieuse Majesté la reine Elizabeth, qui semble très bien connaître - et apprécier! - le Comte. On y précise d'ailleurs qu'une certaine Ann serait nouvellement mariée à un certain officier prénommé Mark... Hors, la princesse Ann, fille d'Elizabeth, a épousé Mark Phillips, officier militaire, le 14 novembre 1973... Ce Pif gadget #326 date de mai 1975... Mais il y a fort à parier que les éditions Vaillant reprenaient parfois des aventures des Aristocrates / Gentlemen déjà publiées quelques années plus tôt, en langue originale!

Sean Connery en 007 dans les Aristocrates, in Pif #337* Tout l'épisode #337 est un hommage à James Bond. On y retrouve un Sean Connery ventripotent (très drôle!), ses alliés traditionnels, comme Q et Moneypenny, ainsi que le machiavélique Blodfeld, le fameux ennemi au chat angora blanc! D'ailleurs, comme pour enfoncer d'avantage le clou, le scénariste (ou le traducteur?) s'est amusé à insérer plein de jeux de mots avec les titres des films de 007! ;^)

* Manifestement, le traducteur de chez Pif manquait un peu de culture!!? Je m'explique : À deux reprises (Pif #318 et #342), l'enjeu du cambriolage de nos héros est un sceptre, ce bâton richement orné que tiennent les rois pour... montrer qu'ils le sont!!  Horrible bévue : tout au long de ces deux récits distincts, on ne cesse de nous parler de SPECTRES!! Ça ne peut plus être une coquille quand l'occurrence apparaît 5 ou 6 fois par récit, et que le vrai terme n'y figure pas!!? Voler un sceptre, c'est déjà pas facile, alors voler un spectre, là, ça m'apparaît carrément impossible! :^)

* Derek Collins est un personnage secondaire qui fait plus d'une apparition dans la série. On le retrouve dans les #318 et #326. On nous le présente comme étant le premier Aristocrate, celui de qui le Comte a tout appris... Mais cet as du maquillage et de la transformation est devenu non seulement le rival du groupe, mais même leur ennemi!

* Notez finalement que l'inspecteur Allen a la fâcheuse habitude de réfléchir à voix haute... Mauvaise habitude dont les Aristocrates profitent, à l'occasion...

les Aristocrates, in Pif #330

 

 


Vos impressions?
Votre nom * :
Votre courriel :
Votre courriel ne sera visible que pour l'administrateur du site.
Votre site :
Attention! Si vous voyez ce champ, n'y inscrivez rien!
Rappel éthique : vous êtes seul responsable du contenu des impressions publiées.
Se souvenir de mes informations personnelles


@ Anne des Ocreries : Mais moi non plus, à l'époque, je n'avais rien vu!! D'ailleurs, même quand je lisais le si célèbre Sceptre d'Ottokar, ce n'était pas trop clair, dans ma tête, ce que c'était qu'un sceptre...

Aujourd'hui, c'est sa fonction qui demeure assez obscure!?? Ça me semble être un rare exemple d'objet qui ne sert ABSOLUMENT à rien!!! C'est simplement un symbole, et pas très utile encore!! ;^)
Rédigé par pgluneau le lundi 27 août 2018 à 23:01


@ Philippe Lavigueur : Moi aussi, c'est l'humour qui m'avait le plus marqué, dans cette série. J'expliquais sur ma page Facebook que c'était comme la première fois que je lisais une série «sérieuse», pour «grands», et que j'y prenais du plaisir, en découvrant qu'il pouvait aussi y avoir de l'humour dans ce genre de série. J'ai vécu ça comme un genre de révélation!! C'est un souvenir très bien ancré dans ma mémoire! ;^)
Rédigé par pgluneau le lundi 27 août 2018 à 22:56


Ouiii ! Je me souviens parfaitement de cette série ! A l'époque, le coup du " spectre" ne m'avait pas frappée, par contre. Pétée de rire. :D
Rédigé par anne des ocreries le lundi 27 août 2018 à 2:56


Bien que cette bd n'ait fait qu'une rapide apparigion dans le magazine, j'en garde un souvenir rigolo
ça faisait tache d'encre dans la revue (au littral comme au figure). Und trouvaille que ton texte a raviv dans ma memoire.
Rédigé par Philippe Lavigueur le dimanche 26 août 2018 à 15:02


@ Steve : Ça me fait plaisir d'éclairer un éclaireur tel que toi!! À propos, je me suis procuré ton deuxième tome de l'Héritage Comique, et je brûle d'envie de m'y plonger!! ;^)
Rédigé par pgluneau le dimanche 26 août 2018 à 14:15


Eh bien merci d'avoir mis à jour le mystère du spectre. J'avoue que je ne m'y retrouvais pas.
Rédigé par Steve le dimanche 26 août 2018 à 12:39




Dernièrement, j'ai lu... Boule à zéro
#05- le Nerf de la guerre
22 septembre 2018

École Crinoline
#01- Une rentrée de princesse
16 septembre 2018

Espions de famille
#05- l'Espionne qui m'aimait
09 septembre 2018

Pan'pan panda, une vie en douceur
Pan'pan Panda, une vie en douceur - #1
02 septembre 2018

Ushuaïa - les Aventures de Nicolas Hulot
#01- le Trésor des Moaï
19 août 2018

Ma dernière chronique Capsule-Pif #027- Gentlemen-cambrioleurs : de très grands seigneurs!
26 août 2018

Mes genres favoris Aventure policière Drame familial Fantastique Fantastique médiéval Héros animalier Historique Humour Humour tendre Quotidien Récit psychologique S.F. humoristique Thriller fantastique Vous avez pris la parole! anne des ocreries, sur Du rire aux larmes, avec Zidrou le magénicien!

anne des ocreries, sur Quand les princesses nous jettent de la poudre aux yeux...

Arsenul, sur Des espions avec des problèmes d'ados, des ados avec des problèmes d'espions

anne des ocreries, sur Des espions avec des problèmes d'ados, des ados avec des problèmes d'espions

anne des ocreries, sur Mimi, trognon tout plein et complètement kawaii... mais encore?

Vos articles préférés Chronique
J'ai 5 ans, je suis grand! (air connu de tous les profs de maternelle!)
01 juillet 2014

Bécassine
#03- Bécassine pendant la Grande Guerre
10 août 2009

Chronique
les Pigeons partis, le bédéphile danse!!!
03 septembre 2012

Chronique
Mon automne superhéroïque
14 décembre 2013

Bécassine
#05- Bécassine mobilisée
04 août 2011

Design du site - Marsi
Création du site - Maxime Jobin