Preload image Accueil Preload image Questce Preload image Quisuisje Preload image Archives Preload image Contact
Mystère... Accueil Qu'est-ce? Qui suis-je? Archives La Lucarne à Luneau Me joindre Mes liens chouchous Le Passe-mot Art Marsien Marsi Menu
Retour aux archives
#01- le Ballet des mémés
#01- LE BALLET DES MÉMÉS
Scénariste(s) : Teresa VALERO
Dessinateur(s) : Juanjo GUARNIDO
Éditions : Dargaud
Collection : X
Série : Sorcelleries
Année : 2007     Nb. pages : 48
Style(s) narratif(s) : Récit à suivre
Genre(s) : Fantastique humoristique
Appréciation : 3.5 / 6
Rififi chez les sorcières, mais rififi mollo...
Écrit le mercredi 11 avril 2012 par PG Luneau

Fébris, Sortiléga et Brygia, trois «gentilles» et «charmantes» sorcières célibataires (pour ne pas dire «vieilles filles»!), vivent ensemble dans une maison un peu rabougrie, tout à fait à leur image. Si Brygia fait office de leader au sein du trio, Sortiléga ne laisse pas sa place : d’abord, parce qu’elle ne pense qu’à manger et possède la corpulence qui cadre avec ce défaut, puis parce qu’elle est d’un caractère au moins aussi fort que celui de Brygia. Seule Fébris semble plus effacée… mais c’est bien parce qu’elle est totalement hypocondriaque et qu’elle a une peur bleue de tout semblant de microbe qui pourrait s’attaquer à son frêle et vieil organisme!! Chose certaine, leur cohabitation, vieille (elle aussi!) de plus de cent ans, a transformé ce trio un peu hystérique non pas en un vieux couple (puisqu’elles sont trois!), mais bien en un vieux trio un peu amer et désœuvré.

 

Alors que leur nièce Panacéa, qu’elles avaient élevée jadis comme leur fille, est de passage pour leur présenter son époux et son adolescente gothique, un miracle se produit! S’immisçant dans leur demeure sans crier gare et sans demander son reste, un bébé-chou (chacun sait que les bébés poussent dans les choux, non??!) s’introduit dans leur vie! Depuis le temps que les trois vieilles dames s’ennuient à mutuellement se manger la laine sur le dos, voilà que ce petit bout de chou (littéralement!) vient illuminer leur quotidien! Seule ombre au tableau : cette charmante enfant est, manifestement, un bébé-fée!! Et c’est la guerre froide entre les fées et les sorcières! Comment cacher les origines de la belle enfant aux yeux des autres sorciers et monstres de leur clan? Comment éviter que les fées apprennent qu’une des leurs est élevée par des grand-mères ratatinées aux pouvoirs malveillants? La table est mise pour le tome #2.

 

Car, en effet, outre l’arrivée de ce bébé, il ne se passe pas grand-chose dans ce tome-ci! À l’image de l’ambiance du petit manoir, on vivote et assiste à quelques chicanes bénignes, tant chez les sorcières que chez les fées. Oh! Il y a bien le grand bal de la Fête de Walpurgis, événement prestigieux et source d’espoirs divers au sein de la communauté aux sombres pouvoirs… mais il ne s’avère finalement qu’un gros prétexte pour permettre à Rex Spot, l’époux humain de Panacéa, un beau parleur fini qui vendrait un manteau de fourrure à un tahitien, de faire entrer les nouvelles technologies dans l’univers assez vieillot et traditionnaliste des monstres et sorciers de tout acabit. Une très longue scène assez banale, donc, propice aux gags faciles (et je te transforme la tête en balai, et tu me zappes la mienne en ananas…), qui fait presque la moitié de l’album sans rien ajouter de concret au récit central.

 

Bref, malgré son aspect visuel d’une perfection irréprochable, le scénario un peu décousu ne m’a pas particulièrement charmé. Sûrement que les jeunes, de huit à douze ans, apprécieront plus que moi. J’attends toutefois de lire le tome #2 avant de trancher, question de voir la tangente que prendra ce récit qui, ma foi, est encore plein de potentiel… En espérant que madame Valero saura surpasser ce syndrome du premier tome, et qu’elle saura étoffer son récit de péripéties un peu plus consistantes.

 

 

Plus grandes forces de cette BD :

 

  • les dessins, cartoonesques à souhait! On voit bien que monsieur Guarnido est passé par l’école Disney! Les bouilles de ses sorcières et de ses monstres sont tout à fait dans le ton de celles que Mickey et ses amis ont inculquées dans notre imaginaire collectif, au cours des cinquante dernières années. Et loin de moi l’idée de vouloir dire par là que Guarnido manque d’originalité! Au contraire, il semble avoir retenu de son séjour dans cette grosse boîte toute la rigueur et la perfection technique qu’on souhaite d’un bon dessinateur, ainsi qu’un style plaisant qui fait référence. Par exemple, j’adore le sourire Pepsodent du beau Rex Spot, ou les profils caractéristiques des trois sorcières principales.

 

  • l’illustration des pages de garde. Ce ramassis de portraits, dans des cadres, n’est pas sans rappeler les classiques pages de garde des albums de Tintin!! De plus, il nous permet de voir tous les personnages, à différents âges de leur vie, et dans certaines attitudes qui nous en apprennent déjà un peu sur leur personnalité. C’est sympa et pratique!

 

  • le graphisme du chat Malkin, très classy! Il est d’un raffinement hors-pair! D’autant plus que son noir profond ne laisse paraître que la luminosité frappante de ses grands yeux jaune fluo!

 

  • le personnage de Fébris. Quelle drôlerie que cette horrible petite pomme ridée! Non seulement elle fait des mimiques parmi les plus drôles qu’il m’eut été donné de voir, mais, en plus, son hypocondrie maladive la place dans des situations délirantes, tout à fait tordante! C’est d’ailleurs elle qui a su me tirer un véritable éclat de rire bien sonore, à la p.17, ce qui ne m’était pas arrivé depuis longtemps en lisant une BD!

 

  • quelques petits clins d’œil intéressants. On peut croiser, par exemple, Michael Jackson et Cookie Monster parmi les invités du grand bal!! Et j’aime bien retrouver Titania et Obéron, les personnages du Songe d’une nuit d’été de Shakespeare, aux commandes du monde des fées, avec le taquin Puck comme bras droit! Ça me rappelle quand j’ai joué cette pièce, il y a si longtemps…

 

  • une mise en page et une coloration exemplaires. Les cases sont de formes et de formats variés, et Guarnido utilise très efficacement, à deux reprises, un effet de damier parfait (p.12 et p. 20-21) qui rythme agréablement la narration. Des couleurs vives parsèment l’ensemble de l’album, même dans les passages plus sombres, et accrochent l’œil à leur tour, rendant du même coup les péripéties plus dynamiques, plus enjouées. Bravo aux effets «d’écran», comme légèrement enfumés, manifestement faits à l’ordinateur, pour distinguer les cases nous montrant la réalité de celles nous montrant l’image vue à la télévision, au même moment.

 

 

Ce qui m’a le plus agacé :

 

  • le graphisme (ou l’absence de graphisme??) de Paddock. Il m’a fallu je ne sais combien de pages avant de comprendre qu’il s’agissait d’une grenouille… plus cinq ou six autres planches pour l’accepter!! Ce pauvre personnage ressemble bien plus à ces sofas-jelly bean lourdauds, informes et inesthétiques qu’à un batracien! Heureusement, son contraste avec Malkin ne s’en trouve que renforcé!

 

  • un récit plutôt décousu, très lent. En fait, le résumé de cet album est très difficile à faire, tant il ne s’y passe rien de précis outre l’arrivée inopinée du bébé… Madame Valero nous offre vraiment un simple album introductif, qui ne fait que mettre en place les personnages et leur univers magique, univers qui n’est pas sans rappeler celui de la série Kids Halloween, par exemple, ou de Mélusine, de Clarke et Gilson… ou même, dans une certaine mesure, le très agréable monde de Zombillénium, de De Pins.

 

  • la présence des SMS dans le bas des écrans de télé, pendant la grande Fête de Walpurgis. Malgré que les messages qu’ils proposaient fussent souvent cocasses, surtout dans le contexte, j’ai trouvé qu’ils faisaient opportunistes, comme si on a voulu «faire moderne» à tout prix et «accrocher les jeunes» en intégrant cette nouvelle technologie au récit. Était-ce vraiment nécessaire?

 


Vos impressions?
Votre nom * :
Votre courriel :
Votre courriel ne sera visible que pour l'administrateur du site.
Votre site :
Attention! Si vous voyez ce champ, n'y inscrivez rien!
Rappel éthique : vous êtes seul responsable du contenu des impressions publiées.
Se souvenir de mes informations personnelles


@ Kikine : Je suis bien content de la teneur de ton commentaire! C'est la preuve que je peux ne pas apprécier un livre à sa juste valeur tout en donnant quand même, à d'autres, le goût de le lire!! Je considère ça comme très positif! D'ailleurs, je suis convaincu que plusieurs l'apprécieront très certainement! Et je crois sincèrement que ce tome de mise en place mérite qu'on lui laisse sa chance! J'ai hâte de lire ce que tu en penseras!!
P.S.: Pour ce qui est de la naissance des filles, j'avoue que ce que tu me précises ici corrobore ce que ma grand-mère m'a enseigné... Mais apparemment, ceci n'est pas le cas des fées... Du moins dans cette version-ci!!?
Rédigé par PG Luneau le jeudi 19 avril 2012 à 16:26


Dommage que le scénario n'ait pas été à la hauteur. En tous les cas, la façon dont tu nous résumes l'histoire me donnait vraiment l'impression que ce livre était très bon (enfin, je dis ça, mais j'avais déjà vu la note et je cherchais ce qui avait pu te déplaire).
Je pense que je m'y essaierai.

(Les bébés garçons naissent dans les chou mais les filles dans des roses, non ?) :)
Rédigé par kikine le mercredi 18 avril 2012 à 19:23




Dernièrement, j'ai lu... Oli
#01- la Forêt aux faux rires
04 août 2017

Promise
#01- le Livre des Derniers Jours
28 juillet 2017

Batman - Un deuil dans la famille
Batman - Un deuil dans la famille
15 juillet 2017

Carnets de Cerise
#03- le Dernier des cinq trésors
11 juillet 2017

Death note
#05- Page blanche
24 juin 2017

Ma dernière chronique Capsule-Pif #022- Son nom n'était pas Daniel Boone... mais c'est tout comme!!
15 août 2017

Mes genres favoris Aventure policière Drame familial Fantastique Fantastique médiéval Héros animalier Historique Humour Humour tendre Quotidien Récit psychologique S.F. humoristique Thriller fantastique Vous avez pris la parole! anne des ocreries, sur Capsule-Pif #021- Probablement l'oiseau préhistorique le plus connu du 9e art!...

anne des ocreries, sur Capsule-Pif #022- Son nom n'était pas Daniel Boone... mais c'est tout comme!!

anne des ocreries, sur Capsule-Pif #018- Pourquoi t'es dans la lune?

anne des ocreries, sur Capsule-Pif #019- Quand Vaillant veut faire dans le récit d'aviation...

anne des ocreries, sur Capsule-Pif #020- l'Aventurier avec un grand A... Mais que faisait-il là?!

Vos articles préférés Chronique
J'ai 5 ans, je suis grand! (air connu de tous les profs de maternelle!)
01 juillet 2014

Bécassine
#03- Bécassine pendant la Grande Guerre
10 août 2009

Chronique
les Pigeons partis, le bédéphile danse!!!
03 septembre 2012

Chronique
Mon automne superhéroïque
14 décembre 2013

Bécassine
#05- Bécassine mobilisée
04 août 2011

Design du site - Marsi
Création du site - Maxime Jobin