Preload image Accueil Preload image Questce Preload image Quisuisje Preload image Archives Preload image Contact
Mystère... Accueil Qu'est-ce? Qui suis-je? Archives La Lucarne à Luneau Me joindre Mes liens chouchous Le Passe-mot Art Marsien Marsi Menu
Retour aux archives
#10- la Lumière d'Ixo
#10- LA LUMIÈRE D'IXO
Scénariste(s) : Roger LELOUP
Dessinateur(s) : Roger LELOUP
Éditions : Dupuis
Collection : X
Série : Yoko Tsuno
Année : 1980     Nb. pages : 48
Style(s) narratif(s) : Récit complet
Genre(s) : S.F.
Appréciation : 3.5 / 6
Un miroir nourricier
Écrit le mardi 11 août 2009 par PG Luneau

C’est toujours agréable de se replonger dans un bon vieil album de Yoko Tsuno. Les aventures de cette électrotechnicienne sont toujours dépaysantes. Leloup est vraiment habile pour présenter des mondes relativement complexes mais très cohérents, où la technologie est toujours impressionnante, tout en étant rarement guerrière.

 

Dans ce tome 10, Yoko et ses deux éternels comparses, Vic et Pol, se retrouvent en orbite près de Vinéa, la planète sur laquelle ils vont fréquemment rendre visite à leurs amies Khâny et Poky. Les Vinéens s’interrogent cette fois-ci sur l’origine d’une mystérieuse lumière qui apparaît cycliquement, tous les cinq ans, sur Ixo, une gigantesque boule de glace qui tourne autour d’une des planètes éloignées de leur système solaire. Ils sont d’autant plus intrigués que leurs lointains ancêtres ont entreposé à cet endroit des tonnes de déchets toxiques, il y a de cela deux millions d’années.

 

En un rien de temps, les Terriens se laisseront entraîner dans l’aventure. Yoko et Vic, en compagnie de Khâni, exploreront ce dangereux satellite de glace et y découvriront, entre autres installations ingénieusement complexes, un gigantesque miroir conçu par un peuple aux capacités technologiques surprenantes compte-tenu de la précarité de leurs ressources!

 

Un récit touffu, avec beaucoup de personnages aux interactions assez complexes, mais qu’on finit par démêler avec plaisir. Un bon moment de lecture, pour tous les amateurs de science-fiction.

 

 

Plus grandes forces de cette BD :

 

  • Khâni, qui met un peu de plomb dans la tête un peu trop heureuse de cette éternelle optimiste de Yoko, à la page 10. C’est rare qu’un personnage secondaire souligne avec autant de justesse un des défauts d’une héroïne de série BD!

 

  • excellente construction scénaristique, qui multiplie les accroches de fin de page. Leloup nous donne irrémédiablement le goût de tourner la page pour comprendre ce qui est en train de se passer. On voit qu’il a du métier.

 

  • une certaine préoccupation écologique, avec le thème de l’accumulation des déchets toxiques.

 

  • l’ingéniosité des technologies inventées de toutes pièces! Leloup a le don de nous donner juste ce qu’il faut d’explications, qui ont l’air scientifiquement crédibles, pour que les profanes que nous sommes trouvent tout cela plausible. C’est le cas, par exemple, avec les nombreux types de sas ou avec le mécanisme de transfert de lumière et d’énergie mis au point par les gens de Shyra, faisant appel à un miroir géant.

 

  • la belle cohérence et l’originalité des structures sociales des civilisations extraterrestres rencontrées par la jeune électrotechnicienne. Dans ce cas-ci, l’organisation politique et hiérarchique des gens de Shyra est un peu complexe à assimiler en un seul album, mais tout semble se tenir. De plus, malgré leur étrangeté, ces civilisations restent très «humaines», avec leurs traîtres, leurs fourbes, leurs fidèles, leurs héros…

 

  • une réelle recherche esthétique, pour les machineries, les robots, les architectures ou les vaisseaux… mais jamais au détriment de leur fonctionnalité! Malgré leur look un peu vieillot, ça a toujours du style… On voit bien que Roger Leloup était LE maître, chez Dupuis, en matière de dessin plus technique. Ce n’est pas pour rien que ses collègues lui demandaient souvent de dessiner les véhicules et les machines de leurs propres séries!

 

  • la petite sagesse confucéenne, à la toute fin. Yoko a le chic pour souligner la morale de ses aventures à l’aide de dictons de Confucius ou d’autres vieux sages asiatiques!

 

 

Ce qui m’a le plus agacé :

 

  • aucune introduction! La planche #1 et la moitié de la suivante nous placent immédiatement en face du mystère à résoudre. Heureusement que je connaissais déjà les protagonistes ainsi que le peuple des Vinéens chez qui ils se retrouvent souvent! Je me demande comment se débrouille un néophyte qui commence par ce tome?? Ce n’est certainement pas la meilleure idée qui soit ; je vous conseille d’au moins lire préalablement le tome #6, les Trois soleils de Vinéa, question de mettre en place tous les personnages principaux et l’univers dans lequel ils évoluent!

 

  • quelques petites erreurs : un phylactère coloré comme s’il s’agissait d’un cadre narratif (p.7), un appendice dirigé vers la mauvaise personne (p.25), un néologisme à l’orthographe aléatoire (parfois tiphanol, parfois typhanol, dans la même p.35).

 

  • les formes un peu malhabiles des visages quand ils sont coincés dans un scaphandre et qu’ils essaient de regarder de côté ou de trois quarts arrière. Les personnages ont l’air tout coincés, ce qui est d’ailleurs sûrement le cas… mais ils ont parfois l’air difforme!

 

  • le look très «années 60-70» de tout ce qui est extraterrestre. Toutefois, Leloup reste fidèle à ce look d’album en album. Il a le mérite de ne pas dénaturer son style dans le seul but de «faire in».

 

  • certains passages sont expédiés un peu trop rapidement, ce qui nous oblige à patiner vite pour rétablir la compréhension. Ainsi, Yoko et ses amis établissent leur relation avec les gens de Shyra de manière un peu expéditive. Les pages 19 à 22 auraient mérité trois ou quatre vignettes de plus pour que l’on croit réellement à leur intégration au sein du groupe d’extraterrestres. De même, l’animosité de Myrka envers Yoko et Syhl, aux pages 23 à 26, aurait elle aussi été plus claire avec quelques cases supplémentaires.

 

  • la charmante Poky n’a pas un très gros rôle, de même que Pol. C’est dommage : ils sont habituellement les éléments comiques des récits!

 

  • le pouvoir qu’ont ces êtres de lire dans les pensées d’autrui semble très plaqué : on nous le présente, à un moment où le scénario l’exige, mais on n’en reparle plus jamais du reste de l’aventure. Je suis d’avis que ce pouvoir aurait pu jouer un rôle plus important… Il aurait peut-être même pu régler certaines situations s’il avait été exploité convenablement!

Vos impressions?
Votre nom * :
Votre courriel :
Votre courriel ne sera visible que pour l'administrateur du site.
Votre site :
Attention! Si vous voyez ce champ, n'y inscrivez rien!
Rappel éthique : vous êtes seul responsable du contenu des impressions publiées.
Se souvenir de mes informations personnelles




Dernièrement, j'ai lu... Petits Mythos
#04- Poséïdon d'avril
08 décembre 2017

Collège invisible
#01- Cancrus Supremus
16 novembre 2017

Poulet grain-grain
Poulet grain-grain
03 novembre 2017

Bestiaire des fruits
le Bestiaire des fruits
14 octobre 2017

Poids du vide
le Poids du vide
30 septembre 2017

Ma dernière chronique Du neuf dans le 9e? - Goulet et Lamontagne au Salon!
05 décembre 2017

Mes genres favoris Aventure policière Drame familial Fantastique Fantastique médiéval Héros animalier Historique Humour Humour tendre Quotidien Récit psychologique S.F. humoristique Thriller fantastique Vous avez pris la parole! Larbier philippe, sur Des mythes qui s'étoffent... mais dans l'assez convenu...

Larbier philippe, sur Des mythes qui s'étoffent... mais dans l'assez convenu...

anne des ocreries, sur Des mythes qui s'étoffent... mais dans l'assez convenu...

Marsi, sur Du neuf dans le 9e? - Goulet et Lamontagne au Salon!

anne des ocreries, sur Du neuf dans le 9e? - Goulet et Lamontagne au Salon!

Vos articles préférés Chronique
J'ai 5 ans, je suis grand! (air connu de tous les profs de maternelle!)
01 juillet 2014

Bécassine
#03- Bécassine pendant la Grande Guerre
10 août 2009

Chronique
les Pigeons partis, le bédéphile danse!!!
03 septembre 2012

Chronique
Mon automne superhéroïque
14 décembre 2013

Bécassine
#05- Bécassine mobilisée
04 août 2011

Design du site - Marsi
Création du site - Maxime Jobin