Preload image Accueil Preload image Questce Preload image Quisuisje Preload image Archives Preload image Contact
Mystère... Accueil Qu'est-ce? Qui suis-je? Archives La Lucarne à Luneau Me joindre Mes liens chouchous Le Passe-mot Art Marsien Marsi Menu
Retour aux archives
#03- les Chevaliers de la Table ronde
#03- LES CHEVALIERS DE LA TABLE RONDE
Scénariste(s) : François DEBOIS
Dessinateur(s) : Stéphane BILEAU
Éditions : Soleil
Collection : Celtic
Série : Quête du Graal
Année : 2009     Nb. pages : 48
Style(s) narratif(s) : Récit à suivre
Genre(s) : Fantastique médiéval
Appréciation : 4.5 / 6
Pris entre deux eaux, pris entre deux feux
Écrit le dimanche 06 juin 2010 par PG Luneau

Alors qu’on installe la Table ronde au château de Camelot et que les chevaliers viennent y prendre place au rythme de l’apparition des sièges qui s’y matérialisent peu à peu, Arthur se retrouve bien embêté. Qui croire, de Morgane ou de Merlin?

 

En effet, le vieux mage qui a éduqué Arthur et qui l’a conduit là où il est rendu est souvent mystérieux dans ses propos. Son jeu n’est pas toujours clair… C’est en insistant sur ce point et sur les intentions cachées de l’enchanteur que Morgane parvient à s’immiscer en douce dans la relation entre Arthur et son mentor, question d’y insérer le germe de la méfiance! Très habile manipulatrice, Morgane en rajoute en annonçant au preux héros que leur sœur Anna, épouse du roi Lot d’Orcanie, vient de mourir en mettant au monde un bébé. La perfide sait pertinemment qu’Arthur était amoureux de sa demi-sœur, et qu’il est le père de l’enfant en question !! Comment réagira le roi de Camelot en apprenant cette paternité insoupçonnable?

 

Pendant ce temps, Viviane éduque le jeune Galaad, qui vieillit et grandit à un rythme accentué depuis qu’il vit auprès des fées. Le jeune garçon est d’ailleurs fin prêt à passer ses premières épreuves d’intelligence, de courage et de volonté. Une fois rendu dans le fantasmagorique Val Sans Retour, où se dérouleront les tests, il s’alliera tout naturellement à un autre jeune au passé trouble qui doit, lui aussi, subir les mêmes épreuves. Les défis seront de taille!

 

Puis, Arthur s’entêtera à aller délivrer son frère d’adoption, le brave Keu, retenu prisonnier en Benoïc par Claudas depuis déjà bien trop longtemps. Malheureusement, les Pictes choisiront ce moment pour traverser le mur d’Hadrien et attaquer Camelot. Guenièvre, en bonne épouse et fière combattante, saura-t-elle garder le fort et repousser l’attaque??

 

Bref, tout va mal… et on adore ça! Le scénario est vif et saute habilement d’un groupe de personnages à un autre, de manière à créer le suspense et à dynamiser notre lecture. L’intrigue se développe intelligemment et continue d’intégrer les différents éléments des cycles arthuriens, même les moins connus. Les dessins et les couleurs sont encore splendides… Bref, quand on tient une formule gagnante, pourquoi la changer? Bravo, messieurs Debois, Bileau et Stambecco (le coloriste).

 

Plus grandes forces de cette BD :

 

  • l’impressionnante double planche des pages 4 et 5. C’est un moyen très efficace d’en jeter plein la vue et d’accrocher son lecteur dès le début!

 

  • la richesse du scénario, qui parvient à gérer de très nombreux événements en parallèle. Ainsi, on alterne d’un lieu à l’autre (à un troisième, souvent!) pour découvrir ce que chacun est en train de vivre, mais le tout sans tomber dans le chaos. Monsieur Debois parvient à rester très clair et fluide dans ses narrations simultanées! Bravo!

 

  • l’épisode du siège périlleux, avec Méléagant et Bron, le roi pêcheur et ses macabres révélations. On y apprend les craintes et les désirs ardents de chacun des chevaliers intimés : quelle superbe façon de foutre la bisbille dans cette belle confrérie!! Jalousies, amours secrètes, rivalités… le tout dans une mise en scène démoniaque qui punit par le fait même Méléagant de son outrecuidance. Du grand spectacle!

 

  • la rivalité Merlin vs Morgane. Le pauvre Arthur est coincé entre deux experts manipulateurs et ne sait plus qui croire. Les arguments de Morgane sont si pertinents et logiques que même moi, en tant que lecteur, je serais tenté de croire les dires de cette sublime hypocrite. Mais il faut dire que le côté sombre de Merlin est si bien exploité qu’il donne des atouts de poids à la belle sorcière!

 

  • l’expressivité des animaux. Comme dans le tome #1, j’ai été particulièrement impressionné par toute l’émotivité que monsieur Bileau parvient à faire passer dans le visage de ses bestiaux. Les babines de ses chevaux qui se défoncent à la tâche, dès la page un, en sont un bon exemple. La tronche effarée du cochon qui se fait enlever par le jeune aux loups, à la page 18, m’a vraiment fait beaucoup rire. Tant les loups que les corbeaux, tous ces animaux sont vraiment très vivants!

 

  • le mariage arrangé entre Arthur et Guenièvre.  Quelle belle façon d’introduire une union  que Lancelot viendra de toute façon détruire (cette histoire est un peu la chronique d’une rupture annoncée!!). Les béguins antérieurs de chacun des mariés (Arthur envers sa demi-sœur Anna et Guenièvre pour feu Ban de Benoïc) rendent ce mariage de convention fort crédible! Et quel romantisme lors de la cérémonie!

 

  • l’explication de la méchanceté de Morgane. Merlin finit par comprendre, par l’entremise du corbeau qui accompagne sans cesse la sorcière, qu’elle est possédée par Morigan, la démoniaque déesse de la mort!! Voilà qui explique bien des choses!! Super idée!

 

  • l’épisode où Arthur délivre Keu de la prison de Trèbes. Les péripéties de cette évasion sont palpitantes. J’adore l’ingénieux moyen qu’Arthur a trouvé pour se retrouver en prison, le subterfuge auquel il est confronté ainsi que la triste conclusion de tout cela.

 

  • l’entrée en scène de plusieurs nouveaux personnages. De grands noms font leur apparition dans ce troisième tome : Tristan, Bedwyr, Perceval, Méléagant, Caradoc… Pfiouf! Ils ont, pour le moment, des rôles secondaires ou tertiaires, mais qui sait ce que l’avenir leur réservera?

 

  • des héros qui meurent ! Ici, on ne cherche pas à garder en vie à tout prix les principaux personnages, comme dans certaines séries télé, par exemple. Ban est mort dans le tome précédent, un autre proche d’Arthur succombe à d’horribles tortures dans celui-ci. On ne nous épargne pas, même si ce sont des personnages intéressants, et c’est tant mieux! D’ailleurs, c’est probablement À CAUSE DE leur richesse psychologique que leur perte est si percutante, d’une grande efficacité dramatique!

 

  • le climax final. Tout va mal, pour tout le monde!!! Vivement le tome #4, qu’on sache comment tout cela évoluera!!!!

 

 

Ce qui m’a le plus agacé :

 

  • un choix de titre et d’illustration de couverture plus ou moins judicieux. D’abord, les chevaliers commencent à peine à prendre place autour de la fameuse table, et ils n’ont pas encore vraiment de missions dignes de leur renommée à venir. Pourquoi alors intituler l’album les Chevaliers de la Table ronde? Pour ce qui est de la couverture, les chevaliers ont l’air bien noble, dans cette posture avantageuse… mais on en reconnait à peine trois! Ce n’est pas très représentatif de contenu de l’album!

 

  • toute l’éducation mystique de Galaad. Élevé chez les fées, ce futur chevalier vit dans un univers parallèle, peuplé de Korrigans et de bestioles étranges. C’est d’ailleurs la magie qui l’entoure qui le fait vieillir prématurément. Personnellement, ça a toujours été le chapitre des récits arthuriens où je décrochais, c’était trop «flyé» pour mon côté rationnel. Puis, comme pour en rajouter, Mordred, qui doit lui aussi passer les épreuves de chevalerie, s’associe à Galaad ! Quelle mauvaise surprise ! Comment le meilleur et le pire peuvent-ils se côtoyer aussi indument? C’est là une dichotomie qui a heurté ma rationalité et ma naïve pureté. De plus, j’ai été assez déçu par le test d’intelligence : l’énigme des six allumettes, Bernard Werber nous l’a déjà servie dans son best-seller les Fourmis. J’avais tellement bûché pour la résoudre, à l’époque (avec succès!!), que je m’attends maintenant à ce qu’on nourrisse mon intellect avec d’autres énigmes du genre, pas les mêmes!!

 

  • encore un astérisque sans référent! Tout comme dans le tome #1, le lettreur semble nous placer, à la page 12, un astérisque pour nous renvoyer à une explication du terme Trimarcisias… mais d’explication, point du tout! C’est chiant de chercher en bas de l’image, puis en bas de la page, puis autour du dessin, puis dans les pages finales ou les pages de garde… pour finir par conclure qu’on vient de perdre trois minutes à chercher pour rien! Quelle bête façon de nuire à la fluidité de la lecture!!

 

  • les courbes féminines. Monsieur Bileau semble avoir quelques difficultés avec les tailles et les cambrures de dos de ses personnages féminins, surtout quand elles sont (en partie ou totalement!!) dévêtues. Aux pages 24 (case #2) et 29 (cases #3, 6 et 10), admirez les «pitounes» : si elles ne sont pas anorexiques, c’est qu’elles vont casser en deux au niveau du milieu du dos!!?! Quelles inquiétantes cassures de reins!!

 


Vos impressions?
Votre nom * :
Votre courriel :
Votre courriel ne sera visible que pour l'administrateur du site.
Votre site :
Attention! Si vous voyez ce champ, n'y inscrivez rien!
Rappel éthique : vous êtes seul responsable du contenu des impressions publiées.
Se souvenir de mes informations personnelles


@ Kikine: Tout à fait! C'est, jusqu'à maintenant, une excellente série! Par contre, comme je ne sais pas quand le tome #4 sortira, ni combien de tomes comptera la série, je nage dans l'incertitude de l'attente à partir de maintenant... Évidemment, j'en profiterai pour me plonger dans d'autres séries, tu me connais!!
Rédigé par PG Luneau le lundi 07 juin 2010 à 8:46


4.5/6 ... il faut vraiment que je me mettes vite à la série des chevaliers de la table ronde !
Rédigé par kikine le dimanche 06 juin 2010 à 21:17




Dernièrement, j'ai lu... Bestiaire des fruits
le Bestiaire des fruits
14 octobre 2017

Poids du vide
le Poids du vide
30 septembre 2017

Petite Patrie
la Petite Patrie
23 septembre 2017

Facteur de l'espace
#01- le Facteur de l'espace
17 septembre 2017

Comment je ne suis pas devenu moine
Comment je ne suis pas devenu moine
09 septembre 2017

Ma dernière chronique Du neuf dans le 9e? - Mes premières rencontres de mon premier Prévost!!!
12 octobre 2017

Mes genres favoris Aventure policière Drame familial Fantastique Fantastique médiéval Héros animalier Historique Humour Humour tendre Quotidien Récit psychologique S.F. humoristique Thriller fantastique Vous avez pris la parole! anne des ocreries, sur Explorations gustatives par personne interposée!!

anne des ocreries, sur Du neuf dans le 9e? - Mes premières rencontres de mon premier Prévost!!!

Danielle, sur Du neuf dans le 9e? - Mon premier Prévost!!!

jean Milette, sur Du neuf dans le 9e? - Mon premier Prévost!!!

anne des ocreries, sur Du neuf dans le 9e? - Mon premier Prévost!!!

Vos articles préférés Chronique
J'ai 5 ans, je suis grand! (air connu de tous les profs de maternelle!)
01 juillet 2014

Bécassine
#03- Bécassine pendant la Grande Guerre
10 août 2009

Chronique
les Pigeons partis, le bédéphile danse!!!
03 septembre 2012

Chronique
Mon automne superhéroïque
14 décembre 2013

Bécassine
#05- Bécassine mobilisée
04 août 2011

Design du site - Marsi
Création du site - Maxime Jobin