Preload image Accueil Preload image Questce Preload image Quisuisje Preload image Archives Preload image Contact
Mystère... Accueil Qu'est-ce? Qui suis-je? Archives La Lucarne à Luneau Me joindre Mes liens chouchous Le Passe-mot Art Marsien Marsi Menu
Retour aux archives
#04- le Passé dépassé
#04- LE PASSÉ DÉPASSÉ
Scénariste(s) : Paul ROUX
Dessinateur(s) : Paul ROUX
Éditions : les 400 coups
Collection : Moustique
Série : Ariane et Nicolas
Année : 2000     Nb. pages : 48
Style(s) narratif(s) : Récit complet
Genre(s) : Aventure humoristique, Fantastique mythique, Historique
Appréciation : 3.5 / 6
Voyage revampé à travers un passé... réel et mythique
Écrit le samedi 07 janvier 2012 par PG Luneau

Les éditions des 400 coups viennent de publier, dans sa collection Moustique, le quatrième album de la série Ariane et Nicolas, de Paul Roux. Ce bédéiste quasi-québécois d’origine belge avait dessiné ce premier long récit d’Ariane et Nico en 2000, un an avant que les éditions des Mille Îles ne l’éditent une première fois. L’édition actuelle a le mérite de donner à ce récit une couverture rigide avec une nouvelle illustration, un «dossier» complémentaire d’une dizaine de pages et des couleurs revampées.

 

Cette fois, c’est accidentellement que Nicolas «tombe» dans son miroir magique. La tête farcie des récits de son passionnant livre d’histoire, c’est à travers les différentes époques de notre civilisation occidentale que le gamin voyagera. Il commencera par atterrir en Grèce antique, plus précisément dans le labyrinthe du roi Minos, là où loge le terrible Minotaure! Il faudra plus que le valeureux Thésée pour le sortir de là!

 

Puis, avec sa sœur Ariane, il se retrouvera dans la France moyenâgeuse, en pleine guerre de Cent Ans! Malheureusement, c’est au cœur de la bataille qu’atterriront nos deux amis. Recueillis par un duc français, ils devront combattre une virulente attaque «angloise», durant laquelle Nicolas tâchera d’impressionner la jolie fille du duc, la douce France! Ensuite, les deux enfants s’attarderont en Neuve-France, le temps cette fois de s’immiscer dans un autre conflit : celui opposant les Hurons aux Iroquois.

 

À travers tout ce périple, c’est avec désarroi (et, tout de même, un peu d’humour) que Paul Roux nous fait prendre conscience du ridicule qui sous-tend la majorité des conflits qui ont jalonné notre histoire… et d’à quel point, comme le constateront les deux protagonistes, les choses n’ont malheureusement pas changé, sinon pour le pire!

 

Pour un premier long récit (qui fait 32 planches, alors que les précédents n’en faisaient qu’une douzaine), monsieur Roux se débrouille bien. Les épisodes sont enlevants, mouvementés, et ils s’enchaînent de façon harmonieuse. Ses traits ronds, d’un classicisme éprouvé, sont généralement efficaces et satisferont à n’en point douter tous les jeunes, dès neuf ans. Bref, un bon album qui, sans être transcendant ni révolutionner le genre, vous fera passer un bon moment et qui vous offre, pour le même prix, trois intéressantes légendes illustrées. Pourquoi bouder son plaisir?!

 

 

Plus grandes forces de cette BD :

 

  • les couleurs ravivées. Ayant l’ancienne édition sous la main, je suis à même de constater la différence : les verts et les bleus sont beaucoup plus toniques, les rouges hautement plus vivifiants… peut-être même un peu trop, parfois!

 

  • des découpages très variés, qui s’éloignent un peu des traditionnels damiers… Attention toutefois à la lisibilité (voir plus bas)!

 

  • quelques jeux de mots sympathiques, notamment ceux justifiant les transferts d’une époque à l’autre. Monsieur Roux a été bellement inspiré sur ce point.

 

  • le clin d’œil à Obélix. En effet, non seulement l’un des Hurons ressemble à s’y méprendre à l’enveloppé Gaulois, mais monsieur Roux lui met en bouche une ou deux répliques non équivoques. Quand on sait le profond respect que voue Roux à Uderzo, ce  petit hommage va de soi!

 

  • le dossier complémentaire, qui présente trois légendes issues des époques traversées par nos deux jeunes héros au cours de ce récit. Non seulement cette thématique est-elle pertinente et intéressante, mais, en plus, les légendes ont été choisies fort judicieusement! Il aurait été facile de présenter des légendes connues, surtout pour ce qui est de la Grèce antique. Mais monsieur Roux a eu la bonne idée de nous conter des récits moins communs : le mythe grec d’Argos aux cent yeux, la légende médiévale de la Mandragore et celle, surprenante et peu connue, expliquant l’origine de l’automne, selon les croyances huronnes. À travers ces textes, j’ai même appris le nom de créatures mythiques qui m’étaient totalement inconnues, dont le Tarasque, le Drac et la Vouivre! Moi qui me croyais assez ferré en la matière, j’en ai pris pour mon rhume! Chapeau, monsieur Roux!

 

 

Ce qui m’a le plus agacé :

 

  • les traits des visages des héros, sur la nouvelle couverture. Curieusement, ils sont moins précis que ceux de l’ancienne illustration (qu’on retrouve maintenant sur la page de titre), comme si monsieur Roux n’avait pas voulu prendre le temps de les détailler… C’est dommage : on les dirait bâclés!

 

  • la concomitance d’événements historiques et de récits mythologiques. C’est super que monsieur Roux propose un voyage dans le passé, exposant aux jeunes lecteurs les conflits amérindiens du XVIIIe siècle et à la guerre de Cent Ans. Mais en apposant le légendaire labyrinthe du Minotaure à ces vérités historiques, n’y a-t-il pas un risque que nos jeunes têtes blondes catégorisent tous ces récits sous la même étiquette? Il serait dommage qu’il considère le cruel homme-taureau comme une vérité historique, ou qu’inversement ils se mettent à croire que la guerre de Cent Ans ou que celles opposant les Hurons aux Iroquois n’étaient que des légendes!

 

  • des problèmes d’enchaînement. Les répliques de Thésée, dans le haut de la page 11, se suivent très mal : elles ne «sonnent» pas «naturelles», comme si son texte s’étirait inutilement ou qu’il manquait une ou deux répliques de Nicolas. De même, les cases du haut de la page suivante ne sont pas évidentes à suivre : malgré les petites flèches que monsieur Roux intègre à ses cadres, la lisibilité n’est pas coulante. Ces lacunes sont embêtantes, surtout qu’elles se suivent de très près, ce qui nous distrait de notre immersion dans le récit.

 

  • encore une bulle à demi remplie! J’avais déjà noté une erreur de ce type dans la réédition du tome #3 de cette même série… et voilà que les 400 coups remettent ça : à la p.19, le phylactère de Nicolas est à moitié vide! On devrait lire, dans le haut de la bulle : «Glup... euh oui… bien sûr…». Étrange oubli que voilà! Pourquoi une seule demi-bulle? Et pourquoi celle-là? Comment est-ce techniquement possible? Et pourquoi aucun reviseur n’a soulevé le problème avant moi? Mystère!

 

  • la petitesse de la typographie, dans le dossier «légendes». Comme pour la réédition du tome précédent, ces textes auraient pu être écrits plus gros, et disposés de manière plus aérée.

 

  • certaines expressions un peu trop recherchées pour le public visé. Ainsi, je ne suis pas convaincu que les jeunes lecteurs comprendront le sens du verbe dépêcher, à la p.41, dans la phrase «Zeus dépêcha alors son fils Hermès (…) auprès d’Argos»!

 

 


Vos impressions?
Votre nom * :
Votre courriel :
Votre courriel ne sera visible que pour l'administrateur du site.
Votre site :
Attention! Si vous voyez ce champ, n'y inscrivez rien!
Rappel éthique : vous êtes seul responsable du contenu des impressions publiées.
Se souvenir de mes informations personnelles




Dernièrement, j'ai lu... Tueurs de mamans
#01- Tueurs de mamans
23 avril 2017

Pipelettes
#02- ...On se calme!
14 avril 2017

Princesse Sara
#01- Pour une mine de diamants
09 avril 2017

Testament du capitaine Crown
#01- Cinq enfants de putain
02 avril 2017

Boule à zéro
#01- Petit coeur chômeur
26 mars 2017

Ma dernière chronique Petites nouvelles du temps des Fêtes!
27 décembre 2016

Mes genres favoris Aventure policière Drame familial Fantastique Fantastique médiéval Héros animalier Historique Humour Humour tendre Quotidien Récit psychologique S.F. humoristique Thriller fantastique Vous avez pris la parole! Eric the Tiger, sur Une vengeance au goût amer...

anne des ocreries, sur Une vengeance au goût amer...

anne des ocreries, sur Dure, dure, la vie de jeune adolescente?? Pas que!!...

anne des ocreries, sur Candy chez Oliver Twist!

anne des ocreries, sur Rapaces, violents et roublards au cube... des vrais pirates, comme on les aime!

Vos articles préférés Chronique
J'ai 5 ans, je suis grand! (air connu de tous les profs de maternelle!)
01 juillet 2014

Bécassine
#03- Bécassine pendant la Grande Guerre
10 août 2009

Chronique
les Pigeons partis, le bédéphile danse!!!
03 septembre 2012

Chronique
Mon automne superhéroïque
14 décembre 2013

Bécassine
#05- Bécassine mobilisée
04 août 2011

Design du site - Marsi
Création du site - Maxime Jobin